Sur la piste des chiens d'avalanche

Du 30 novembre au 4 décembre, Format A3 vous propose de découvrir le travail des chiens d'avalanche.

Ernst Buchs, conducteur de chiens Zoom sur « Ernst Buchs, conducteur de chiens » (touche ESC pour fermer)
Ernst Buchs, conducteur de chiens

En cette saison, beaucoup ont le plaisir de se rendre en station pour s’adonner au plaisir du ski et de nombreux sports de glisse. Mais dans les domaines skiables proches des alpes et des glaciers, le risque d’avalanche n’est pas à prendre  à la légère. En cas d’avalanche, lorsqu’une alerte est  donnée par la police, le personnel des remontées mécaniques ou tout autre témoin d’un incident, les hommes et les chiens du Secours Alpin Suisse ou du Secours Romand, sont en place en quelques minutes amenés par un hélicoptère de la REGA par exemple.

A découvrir...

Nous nous sommes rendus vendredi à l’entrée du glacier des Diablerets à 3000m d’altitude, pour une journée de présentation à la presse. Les sauveteurs et conducteurs de chiens ont dévoilé leur travail et les exercices qui s’effectuent avec les chiens d’avalanche. Nous allons entendre Christian Reber, président du Secours Alpin Romand,  Olivier Roch, conducteur de chien et Guido Guidetti, responsable de formation parle de la préparation d’une intervention.

Chaque secours est une nouvelle expérience.

Le conducteur et son chien Zoom sur « Le conducteur et son chien » (touche ESC pour fermer)
Le conducteur et son chien

Nous suivons donc les conducteurs de chiens d’avalanche, et les acteurs du Secours Alpin Romand de la colonne de secours des Diablerets. On monte à 3000 m d’altitude, sur le domaine Glacier 3000. Nous allons suivre Joël Morérod chef de la colonne de secours des Diablerets, mais d’abord nous sommes reçus par Christian Reber, président du Secours Alpin Romand…

Arrivée sur le site des exercices

Travail sur l'intervention Zoom sur « Travail sur l'intervention » (touche ESC pour fermer)
Travail sur l'intervention

C’est dans les 15 à 20 minutes que la REGA et les secouristes doivent trouver les victimes d’avalanche pour assurer les meilleures chances de survies. Aujourd’hui, il manque de conducteurs de chiens, et les portes sont ouvertes aux personnes qui voudraient se lancer dans cet engagement. Nous en parlerons avec Christian Reber,  Président du Secours Alpin Romand… retour sur les hauteurs, à 3000m, avec Olivier Roch, responsable du domaine « Conducteur de chiens », il nous explique comment s’organise rapidement une intervention.

Sur place en quelques minutes...

L’histoire de ses chiens d’avalanche et de recherche commence avec le fameux Barry, le légendaire chien du Grand St-Bernard élevé par les moines de l’hospice qui aidait à retrouver les marcheurs qui franchissaient le col… Mais ces St-Bernard, n’étaient pas spécifiquement formés à la recherche. Ce n’est que lors de la première guerre que l’on a commencé à dresser des chiens pour la recherche de soldats.

Olivier Roch Zoom sur « Olivier Roch » (touche ESC pour fermer)
Olivier Roch

C’est à la fin des années trente que l’on découvre réellement la capacité de ces chiens lors d’avalanche. 18 personnes  avaient été ensevelies au Schilthorn suite à une avalanche. 17 ont été retrouvées rapidement, il en manquait une. Et c’est grâce à un petit Courrant de Mürren croisé avec un Teckel, court sur pattes qui creusait frénétiquement dans un endroit assez loin de la recherche, mais qui a retrouvé le dernier corps qui a pu être sauvé. C’est en 1940 que l’armée va lancer un programme de formation pour les chiens d’avalanche. Et c’est le Club Alpin Suisse qui reprendra le programme quelques années plus tard. Revenons à aujourd’hui, avec le travail indispensable effectué avec ces chiens dont la truffe est extrêmement fiable et indispensable, même si on utilise la technologie actuelle dans les Détecteurs de Victimes d’Avalanche. Pierre Bourquenoud.

Une truffe qui ne trompe pas....

Ce sont des Bergers belges, Bergers allemands, Golden Retrievers, ils sont les chiens d’avalanche dont le travail important est présenté dans cette série. En pleine neige, à 3000m d’altitude, des crevasses ont été creusée, certains  secouristes se sont cachés dans les crevasses, et les chiens devaient les trouver. Et si l’exercice est un jeu pour le chien, il est primordial pour les secouristes qui n’ont que quelques minutes pour se rendre sur place à la suite d’une avalanche. Christian Gerber, président du Secours Alpin Romand.

Une intervention qui peut durer jusqu'à une semaine...

Chiens d'avalanche
Chiens d'avalanche

Chiens d'avalanche
Chiens d'avalanche

Le conducteur et son chien
Le conducteur et son chien

Travail sur l'intervention
Travail sur l'intervention

Ernst Buchs
Ernst Buchs

La truffe du chien est un élément exceptionnel pour l'animal, mais la formation et les exercices permettent au sauveteur et à l'animal de réaliser les recherches de victimes d'avalanche de manière méthodique et surtout dans les meilleurs délais. Pour le maître chien, l'engagement est une passion. Passion de la montagne mais la volonté de sauver des vies. Olivier Roch est responsable du domain "Conducteur de chiens" pour le Secours Alpin Romand. Il nous explique comment le chien perçoit une intervention

Comment le chien vit-il une intervention ?

Chien d'avalanche Zoom sur « Chien d'avalanche » (touche ESC pour fermer)
Chien d'avalanche

Christian Reber est président du "Secours Alpin Romand" Il nous parle de la formation du secouriste qui se réalise lors d'exercice, mais aussi grâce au vécu. Depuis des décennies, les secouristes viennent en aide aux victimes d'avalanches, poursuivent leur formation et lèguent leurs connaissances aux nouveaux... Une passion qui se tranmet de génération en génération.

Bonus : Chistian Reber nous livre quelques souvenirs...

Vers de nouvelles interventions Zoom sur « Vers de nouvelles interventions » (touche ESC pour fermer)
Vers de nouvelles interventions

Format A3
Partager
Link

Commentaire

Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour l'instant. Voulez-vous être le premier à en ajouter un ?

Poster un commentaire

Archives des émissions