Pour l’amour du Jura bernois

L’Institut Demoscope a procédé pour le compte du Journal du Jura à un deuxième sondage relatif à l’avenir institutionnel du Jura bernois. Ses résultats, publiés le 29 octobre dernier, montrent que 60 % des personnes interrogées voteront non le 24 novembre, contre 24 % qui diront oui. Une semaine plus tard, un sondage réalisé par MIS Trend indique que 55 % sont tout à fait ou plutôt opposés au projet visant à créer un nouveau canton, alors que 38 % y sont tout à fait ou plutôt favorables. Les deux instituts précités n’ont pas formulé leurs questions de manière identique et ne les ont pas posées aux mêmes personnes. Ces deux sondages sont encourageants pour Notre Jura bernois qui, avec d’autres mouvements, se bat pour permettre au Jura bernois de demeurer dans le canton de Berne. Mais les différences qu’ils révèlent témoignent de l’incertitude relative qui caractérise ces enquêtes. Nous le savons tous : les intentions de vote ne sont pas encore des votes. Nous lançons dès lors un appel pressant à toutes les personnes qui désirent rester au sein du canton de Berne à voter NON le 24 novembre et à inviter leurs proches, leurs amis et leurs collègues à en faire autant.

Nous le faisons en référence au cœur de notre argumentation.

Le Jura bernois forme une région cohérente. Son identité s’abreuve à une longue histoire commune. Depuis plus d’un millénaire, nos trois anciens districts ont toujours appartenu à la même entité politique. Rien ne les a jamais disjoints. Nous sommes tous imprégnés par une même mentalité collective. Elle est caractérisée par une légère introversion propice à la réflexion, au goût du travail bien fait, à la créativité, à la ténacité dans l’effort, à un rien d’individualisme et à un sérieux qui n’empêchent nullement la gaîté et le désir de partager des moments de convivialité.

L’esthétique et la diversité de nos paysages font aussi partie intégrante de notre identité. Le Jura bernois est un magnifique écrin de verdure qui s’étend de La Neuveville à Crémines et de La Ferrière à Romont. Chasseral, sa montagne la plus haute, offre un panorama exceptionnel sur toute la chaîne des Alpes, une bonne partie du Plateau suisse, les Vosges et la Forêt Noire. Du roi des sommets jurassiens, on voit ainsi la France, l’Allemagne et même l’Italie. C’est le symbole de notre ouverture au monde. Nos vallées bordées de forêts en pentes douces ou escarpées évoquent notre attachement à des balises protectrices et à des valeurs qui ont fait leur preuve.

Nous avons été Jurassiens bernois, nous sommes Jurassiens bernois et nous voulons demeurer Jurassiens bernois. Notre solidarité et notre communauté de destin sont avec notre pays, avec Berne, avec la Suisse romande et avec nos partenaires de l’Arc jurassien.

Nous aimons le Jura bernois. Nous aimons les femmes et les hommes qui le font vivre et qui constituent la trame de notre histoire. Votons non le 24 novembre prochain pour rester ce que nous sommes. Votons non pour préserver notre identité et nos intérêts.

 

Jean-Pierre Graber, co-président de Notre Jura bernois

Partager
Link