Publication des lettres de Mitterrand à son amour clandestin

Publication des lettres de Mitterrand à son amour clandestin

Photo: Keystone

'Je t'aimerai jusqu'à la fin de moi'. Pendant 33 ans, l'ancien président français François Mitterrand a adressé des lettres enflammées à son amour clandestin, Anne Pingeot. Elle les a rendues publiques cette semaine.

'Ô désir de tes bras, de ton être, du feu et de la houle, du cri qui nous dépose aux bords d'un autre monde...', écrit-il dans l'une d'elles à son 'Anne très chérie', 'Trésor des trésors', 'créateur de joie'.

Le recueil 'Lettres à Anne, 1962-1995' (éditions Gallimard), sera disponible en librairie jeudi prochain. Il confirme que le président décédé en 1996 possédait un certain talent littéraire.

Les quelque 1200 missives reçues par la mère de sa fille cachée, Mazarine, tracent le portrait d'un grand amoureux, sensuel et romantique. La double vie du chef de la gauche française est restée secrète pour le grand public jusqu'en 1994.

Lettres timides

Ses premières lettres, timides, datent de 1962, année de sa rencontre avec Anne Pingeot. A 46 ans, il est marié avec Danielle Mitterrand et père de deux fils, sénateur et ancien ministre. Elle, jeune fille de bonne famille et passionnée de beaux arts, a 19 ans.

Son premier courrier promet à 'mademoiselle Anne Pingeot' de lui envoyer son exemplaire du 'Socrate' de Platon. 'Ce petit livre sera le messager qui vous dira le souvenir fidèle que je garde de quelques heures d'un bel été'.

Peu à peu, se noue une complicité rare. 'Avec vous, j'échange, je communique, je communie. Je suis comme délivré'. Et le coeur s'emballe. 'Avec vous s'éveillent des sentiments que je n'ai jamais connus'.

Intimes

Ce n'est qu'après un voyage ensemble à Amsterdam, en mai 1964, que les deux amants passent au 'tu'. Dès lors, les lettres se font plus intimes. Souvenir de baisers ou d'étreintes. 'J'aime ton corps, la joie qui coule en moi quand je détiens ta bouche, la possession qui me brûle de tous les feux du monde, le jaillissement de mon sang au fond de toi, ton plaisir qui surgit du volcan de nos corps, flamme dans l'espace, embrasement', écrit-il en 1970.

Il n'envisage pas de divorcer par crainte que cela ne compromette sa carrière. Aux doutes de sa compagne de l'ombre et à ses envies de liberté dessinées en creux, il oppose son amour 'absolu, terrible, définitif' (1970). 'Je t'ai mal aimée toi que j'aime si fort', reconnaît-il en 1980.

Mazarine

Cela ne l'empêchera pas d'envisager une paternité clandestine. Mazarine naît en 1974. En janvier 1975, il s'adresse à sa 'Mazarine chérie': 'J'écris pour la première fois ce nom. Je suis intimidé devant ce nouveau personnage sur la terre qui est toi...'

A partir de 1981 et son élection à la présidence, les lettres deviennent plus rares. Le chef de l'Etat partage de plus en plus le quotidien d'Anne et Mazarine.

Sa double vie est un secret de polichinelle, mais à l'époque la presse française n'en dit rien, au nom du respect de la vie privée des élus. Les Français découvent sa liaison en novembre 1994 quand l'hebdomadaire Paris Match publie des photos avec Mazarine.

La chance de ma vie

Les derniers courriers à 'Mon amour d'Anne' datent de 1995. François Mitterrand vient de quitter la présidence après 14 ans au pouvoir. Très malade, il meurt en janvier 1996, à 79 ans. 'Mon bonheur est de penser à toi et de t'aimer', dit sa dernière lettre qui se termine par ces mots: 'Tu as été la chance de ma vie. Comment ne pas t'aimer davantage?'.

La très discrète Anne Pingeot apparaîtra pour la première fois en public le jour des obsèques au côté de la veuve officielle Danielle Mitterrand, décédée en 2011. Outre les lettres de son amant, elle a confié à Gallimard un journal intime de François Mitterrand. Rempli de dessins et de collages, il est publié sous le titre 'Journal pour Anne, 1964-1970'.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.