Washington condamne des attaques « abominables » à Istanbul

L'attentat-suicide à l'aéroport d'Istanbul a fait 41 tués

Photo: Keystone

Au moins 41 personnes ont été tuées et 239 blessées mardi soir dans un triple attentat-suicide à l'aéroport international Atatürk d'Istanbul. Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière en 2016 dans la métropole turque, déjà visée trois fois cette année.

Ce nouveau bilan a été communiqué mercredi à la mi-journée par le bureau du gouverneur d'Istanbul. Treize étrangers figurent parmi les victimes, dont trois sont binationaux. Cent-trente blessés étaient toujours traités dans des hôpitaux de la ville, a indiqué le communiqué.

Mercredi matin, le Premier ministre turc avait annoncé un bilan de 36 morts et 150 blessés. Le visage grave devant la presse sur les lieux de l'attaque, Binali Yildirim avait indiqué que 'les indices pointent Daech' (acronyme du groupe Etat islamique).

Les Etats-Unis ont condamné des attaques 'abominables'. 'L'aéroport international Ataturk, comme l'aéroport de Bruxelles qui a été attaqué plus tôt cette année, est le symbole des connexions internationales et des liens qui nous unissent', a affirmé le porte-parole de l'exécutif américain Josh Earnest.

'Nous restons loyaux dans notre soutien à la Turquie, notre allié et notre partenaire dans l'OTAN, comme avec tous nos amis et alliés dans le monde, alors que nous continuons à affronter la menace du terrorisme'. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a 'condamné l'attaque terroriste' et a lui aussi réclamé une coopération internationale accrue.

De son côté, le président turc Recep Tayyip Erdogan a lancé un appel à une 'lutte commune' sur le plan international. 'J'espère vivement que l'attaque visant l'aéroport Ataturk sera un tournant, une charnière, pour la lutte commune à mener, avec en tête les pays Occidentaux, sur toute la planète contre les organisations terroristes', a estimé le chef de l'Etat turc dans un communiqué.

Mouvement de panique

Selon les autorités, des explosions ont d'abord eu lieu à l'entrée du terminal des vols internationaux vers 22h00 (21h00 en Suisse). Les assaillants ont mitraillé des passagers ainsi que des policiers en faction, une fusillade a éclaté et les kamikazes se sont fait sauter.

L'attentat n'avait pas été revendiqué trois heures plus tard et des responsables turcs ont estimé prématuré de l'attribuer au djihadisme. L'agence de presse Dogan évoquait elle la piste du groupe Etat islamique, en citant des policiers.

La télévision a diffusé des images très impressionnantes sur lesquelles on voit un policier tirer sur un terroriste puis celui-ci, blessé, tomber au sol en actionnant sa charge. Un grand mouvement de panique s'est emparé du terminal des vols étrangers lorsque deux violentes explosions suivies de coups de feu ont d'abord été entendues.

Boule de feu

Plus d'une dizaine d'ambulances ont été dépêchées sirènes hurlantes vers le terminal des vols internationaux, a indiqué la chaîne d'information CNN-Türk, tandis que de nombreux policiers se trouvaient sur les lieux.

Des photos et vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ont montré une énorme boule de feu à l'entrée du terminal et des membres de la sécurité en train de faire évacuer des passagers qui hurlaient dans des couloirs, pris de panique. On voyait aussi des passagers gisant au sol et d'importants dégâts matériels à l'intérieur du terminal.

Vols Swiss suspendus

Tous les vols ont été suspendus pendant cinq heures au départ d'Ataturk, le plus grand aéroport de Turquie et le 11e dans le monde. Swiss a aussi annulé l'ensemble de ses vols du mercredi au départ et à destination de la métropole turque. Deux vols aller-retour entre Zurich et Istanbul sont touchés par cette mesure.

L'attentat n'a vraisemblablement pas fait de victime suisse. Selon les autorités turques, il n'y a pas de ressortissants suisses parmi les morts ou les blessés, informe le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). La représentation suisse à Istanbul et le département de Didier Burkhalter sont en contact avec les autorités locales, a indiqué le DFAE à l'ats. Le Conseil fédéral a présenté ses condoléances au gouvernement et au peuple turcs.

Les deux plus grandes villes de Turquie, Istanbul et Ankara, ont été secouées depuis l'an dernier par une vague d'attentats qui a fait plus de 200 morts et des dizaines de blessés. Ceux-ci ont souvent visé des lieux touristiques emblématiques -- provoquant une chute rapide du tourisme - ou les forces de sécurité turques. Ils ont été attribués à l'EI, qui n'en a jamais revendiqué aucun, ou aux rebelles kurdes.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.