Attentats à la voiture piégée en Irak: au moins 25 morts

Attentats à la voiture piégée en Irak: au moins 27 morts

Photo: Keystone

Plusieurs attentats à la voiture piégée ont fait au moins 27 morts et une cinquantaine de blessés samedi en Irak, selon la police irakienne. L'un d'eux, perpétré dans la soirée contre un restaurant à Bagdad, a été revendiqué par le groupe Etat islamique (EI).

Un colonel de la police a indiqué qu'une voiture piégée avait explosé devant un restaurant dans le quartier très fréquenté de Karrada, au centre-ville. Le bilan, qui était de 13 morts samedi, s'est encore alourdi à 15 morts dimanche. Une cinquantaine de personnes ont également été blessées. Il s'agit de l'un des attentats les plus meurtriers à Bagdad depuis le début de l'année.

L'EI a revendiqué l'attaque qui a notamment tué quatre policiers et un militant de la liberté de la presse. Les djihadistes ont affirmé dimanche dans un bulletin radiophonique avoir visé une milice chiite qui aide le gouvernement irakien dans sa lutte contre l'EI.

Défenseur de la liberté de la presse tué

Parmi les victimes se trouve Ammar Al-Shahbander, chef de la mission de l'Institute for War and Peace Reporting (IWPR), selon le ministère irakien de l'Intérieur et deux amis de la victime. Le militant sortait d'un café du quartier lorsque l'explosion a eu lieu. Le ministère l'a qualifié de 'martyr de la presse irakienne'. M. Shahbander était chargé de créer un institut des médias en Irak.

Le quartier de Karrada, qui compte de nombreux magasins et cafés, est très fréquenté, surtout le samedi soir qui marque la fin du week-end en Irak.

Par ailleurs, à 15 km au nord-est du bastion islamiste de Falloudjah, située dans la province d'Anbar à l'ouest de Bagdad, cinq véhicules piégés ont foncé samedi dans la gare de Garma, avant d'exploser. L'attentat a tué au moins 12 soldats et membres des forces paramilitaires irakiennes, selon des services de sécurité et des secours.

Frappes successives

L'EI avait déjà revendiqué vendredi une série d'attentats meurtriers à la voiture piégée perpétrés la semaine dernière dans des quartiers à majorité chiite de Bagdad, pour 'venger' le meurtre et le rapt de déplacés de la province d'Al-Anbar (ouest) à majorité sunnite. Onze personnes ont été tuées et 42 blessées dans ces attentats, selon des sources médicales.

Lundi, ce sont au moins 9 personnes qui avaient déjà été tuées et plus d'une trentaine blessées dans l'explosion de deux voitures piégées dans des quartiers commerçants de la capitale irakienne.

Des attentats continuent à frapper la ville, même si leur nombre est en recul par rapport à la même période en 2014. Le couvre-feu en vigueur depuis des années dans la capitale a été levé en février.

114'000 déplacés

Depuis juin, l'Irak doit faire face à l'offensive de l'EI, qui s'est emparé de pans entiers du territoire. Désarmée dans un premier temps, l'armée irakienne est parvenue depuis, appuyée par des milices et les raids aériens de la coalition internationale, à reprendre du terrain.

Mais les provinces de Ninive (nord) et d'Anbar restent en grande partie aux mains des djihadistes. Depuis début avril, quelque 114'000 Irakiens, selon l'ONU, ont fui les combats dans la province d'Al-Anbar et trouvé refuge à Bagdad ainsi que dans d'autres régions du pays.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.