Ban demande à Genève de « partager la responsabilité » des réfugiés

Les Etats doivent 'partager la responsabilité' de l'accueil des migrants, pas seulement apporter un soutien financier et politique. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé mercredi à Genève davantage de pays à contribuer.

'Après cinq ans de conflit, les Syriens perdent l'espoir de soutenir leurs familles et éduquer leurs enfants', a estimé M. Ban à l'ouverture de la conférence de haut niveau sur l'accueil des réfugiés syriens. L'ONU estime qu'environ 10% des quelque 4,8 millions de réfugiés doivent être réinstallés depuis les pays limitrophes de la Syrie dans des pays tiers dans les trois prochaines années.

Depuis fin 2014, quelque 179'000 personnes ont bénéficié d'un tel programme. 'Les communautés qui accueillent des réfugiés' près de la Syrie, 'sont épuisées', a dit le secrétaire général de l'ONU, de retour de la région et notamment du camp de Zaatari, en Jordanie. Il s'est rappelé combien l'ONU a aidé sa famille qui a dû fuir alors qu'il avait six ans lors de la Guerre de Corée dans les années 1950.

Pour les réfugiés syriens, la santé, l'éducation et les infrastructures sont surexploitées et manquent de ressources. 'N'oublions pas' ce que les réfugiés ont 'enduré', a affirmé de son côté le Haut Commissaire de l'ONU aux réfugiés Filippo Grandi.

La Suisse est représentée à la conférence par le secrétaire d'Etat aux migrations Mario Gattiker. Au total, en près de cinq ans de conflit en Syrie, plus de 16'000 Syriens considérés comme vulnérables ont été accueillis en Suisse.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.