Bruxelles n'est plus en état d'alerte maximale

La Belgique a abaissé jeudi le niveau d'alerte à Bruxelles. Il est ramené de 4, le niveau d'alerte maximal en vigueur depuis samedi dernier, à 3, a confirmé le ministre belge de l'Economie, Kris Peeters.

Le ministre a déclaré à la radio-télévision publique VRT que la décision avait été prise par l'organisme national d'évaluation des menaces (Ocam), qui est composé de spécialistes de la sécurité et de responsables.

Lors d'une conférence de presse, le Premier ministre Charles Michel a déclaré que la menace d'une attaque restait élevée mais apparaissait moins imminente. La police et l'armée, a-t-il ajouté, resteront déployées dans les rues de la capitale. Le métro, partiellement rouvert mercredi après quatre jours d'arrêt, rouvrira totalement vendredi matin.

'La situation est sérieuse mais selon les indications des services de sécurité (le risque) n'est pas aussi imminent qu'évalué auparavant', a dit le Premier ministre.

Les autorités avaient placé Bruxelles en état d'alerte de niveau 4, qui correspond à une menace 'sérieuse et imminente', dans la nuit de vendredi à samedi, une semaine après les attentats de Paris et Saint-Denis, qui ont fait 130 morts.

L'abaissement du seuil d'alerte de 4 à 3 ramène la Région bruxelloise au même niveau que le reste du pays, qui vit à l'heure du niveau 3, lequel correspond à une menace 'possible et vraisemblable'.

Chasse à l'homme

Mercredi, les écoles et une grande partie du réseau métropolitain de la capitale belge avaient rouvert.

Parallèlement, la chasse à l'homme pour retrouver le suspect numéro un dans les attentats de Paris, Salah Abdeslam, se poursuit.

Les autorités ont prévenu que l'homme était peut-être armé et dangereux et qu'il pourrait préparer de nouvelles attaques.

La police a mené une perquisition jeudi dans une maison de Sambreville, au sud de Bruxelles, dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris, a déclaré le parquet fédéral cité par les médias belges. Le maire de Sambreville, Jean-Charles Luperto, a indiqué à l'issue de la perquisition que la police avait recherché plutôt des preuves matérielles (armes, explosifs) que des suspects.

Alertés par une mystérieuse poudre blanche, des pompiers et des équipes de décontamination sont par ailleurs intervenus jeudi à la grande mosquée de Bruxelles, non loin des bâtiments de la Commission européenne.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.