Copenhague: le tireur présumé signalé pour risque de radicalisation

Copenhague: le tireur présumé signalé pour risque de radicalisation

Photo: Keystone

Pour la première fois, les services de renseignement danois (PET) ont évoqué mardi la piste d'une radicalisation en prison de l'auteur présumé des fusillades qui ont frappé Copenhague au cours du week-end. La tension reste forte dans la capitale: la police est intervenue plusieurs fois dans la journée.

Dans un communiqué, le PET a dit avoir reçu en septembre 2014 un rapport des autorités pénitentiaires faisant état d'un 'risque de radicalisation' du suspect, un homme de 22 ans, alors en détention. 'Les éléments du rapport ne portaient pas à croire qu'(il) planifiait une attaque', ont toutefois précisé les services de renseignement.

Des témoignages d'anciens amis du suspect dans le quartier populaire où l'auteur présumé des attaques a été abattu par la police tôt dimanche matin ont étayé l'hypothèse d'une radicalisation en prison.

Les enquêteurs ont jusqu'à présent observé une extrême discrétion, refusant de confirmer l'identité du suspect ou de s'exprimer sur ses possibles mobiles.

Beaucoup d'éléments pointent toutefois vers un Danois d'origine palestinienne, Omar El-Hussein, sorti de prison deux semaines avant les attaques. Il avait été détenu pendant un peu plus d'un an pour avoir une agression. Selon les médias danois, il évoluait en marge d'un gang de criminels.

Police sur le qui-vive

Trois jours après les pires attaques terroristes de l'histoire du Danemark, la police restait massivement mobilisée dans la capitale.

Des démineurs sont brièvement intervenus en matinée près du centre après la découverte d'une 'lettre suspecte' qui s'est révélée sans danger, a annoncé la police danoise. La lettre intégrait une référence explicite à l'attaque, selon la police citée par l'agence de presse danoise Ritzau.

Après une vingtaine de minutes, la police a indiqué: 'Fouilles terminées. Pas de trace d'explosif'.

La police a aussi annoncé une nouvelle arrestation aux premières heures de la journée mais a refusé de préciser si elle était liée aux attaques.

De son côté, l'artiste suédois Lars Vilks, sorti indemne de la première fusillade, a estimé que la police danoise était mal préparée face à l'accroissement des menaces.

Obama solidaire

Lundi, le président des Etats-Unis Barack Obama a exprimé sa solidarité avec le Danemark après les deux attaques perpétrées à Copenhague durant le week-end. Il a par ailleurs promis d'affronter le terrorisme aux côtés des autorités danoises.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.