Début de la convention démocrate qui doit investir Clinton

Début de la convention démocrate qui doit investir Clinton

Photo: Keystone

La convention du parti démocrate qui doit investir Hillary Clinton pour la présidentielle américaine s'est ouverte lundi à Philadelphie, pour quatre jours. Près de 5000 délégués y assistent.

L'ancienne secrétaire d'Etat, qui espère succéder à Barack Obama et devenir la première femme présidente des Etats-Unis, devra pour ce faire l'emporter face au républicain Donald Trump lors du scrutin du 8 novembre.

Durant les primaires, elle a fait face à la performance spectaculaire et inattendue du sénateur du Vermont Bernie Sanders, ancré nettement plus à gauche qu'elle, qui doit s'exprimer lundi soir.

Outre Bernie Sanders, la Première dame Michelle Obama ainsi que la sénatrice Elizabeth Warren, ancienne professeur de droit à Harvard et farouche militante anti-Wall Street, sont attendus à la tribune au premier jour de cette convention.

Place à l'unité

Dans la grande salle du Wells Fargo Center, où seront prononcés les discours sur les quatre jours à venir, certains délégués affichaient clairement leur attachement à 'Bernie' en portant des T-shirts à son effigie.

Pour Paul Czisny, 57 ans, délégué du Wisconsin qui s'était prononcé pour le sénateur du Vermont, l'unité doit désormais l'emporter au sein du parti: 'Les enjeux sont trop élevés. A la fin, ce sera soit Hillary Clinton soit Donald Trump, et entre les deux, il n'y a pas débat'.

Jim Johnson, 74 ans, délégué de l'Etat du Tennessee, la convention devait permettre de se mettre en ordre de marche derrière 'Hillary'.

'Je suis satisfait de la façon dont Bernie rassemble ses soutiens (derrière la candidate), je suis content de ce qu'il a fait pendant la campagne, je pense que c'était bon pour le parti', explique-t-il.

Début fragilisé

Fragilisée par une fuite d'emails internes, la présidente du parti démocrate, Debbie Wasserman Schultz, qui devait initialement ouvrir les débats, a cédé la place à la maire de Baltimore, Stephanie Rawlings-Blake.

Le début de la convention, moment censé mettre en scène le rassemblement de la famille démocrate, a été secoué par la publication ce week-end par le site Wikileaks de près de 20'000 messages échangés par des responsables du parti démocrate. Ils ont été dérobés par des pirates informatiques soupçonnés d'être liés aux autorités russes.

Ces responsables s'y montrent très critiques envers Bernie Sanders, alors que depuis le début du processus des primaires celui-ci s'était plaint de la partialité du parti en faveur de sa rivale, notamment dans l'organisation des débats télévisés.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.