FIFA: l'Argentin Alejandro Burzaco se livre en Italie

FIFA: l'Argentin Alejandro Burzaco se livre en Italie

Photo: Keystone

L'homme d'affaires argentin Alejandro Burzaco s'est livré mardi à la police italienne. La justice américaine réclame son extradition dans le cadre de son enquête sur des faits présumés de corruption au sein de la fédération internationale de football (FIFA).

M. Burzaco, qui détient aussi la nationalité italienne, s'est volontairement rendu dans un commissariat de police de Bolzano, dans le nord du pays, a annoncé la police italienne. Celle-ci a confirmé des informations données plus tôt par des médias argentins.

Le chef de la police du Trentin, Giuseppe Ricario, a déclaré à une station de radio argentine qu'Alejandro Burzaco était accompagné par deux avocats. Il a obtenu l'assignation à résidence après avoir été brièvement incarcéré, a indiqué l'agence italienne AGI. L'homme est dans l'attente d'une procédure d'extradition vers les Etats-Unis.

Alejandro Burzaco, 49 ans, qui dirige la plus importante entreprise de communication dans le domaine du sport en Argentine Torneos y Competencias, faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international. Cette entreprise a géré les droits TV du championnat d'Argentine de 1992 à 2009 et en association avec l'Américain Aaron Davidson (président de Traffic Sports USA), arrêté à Zurich, elle détient les droits TV de la Copa America 2015 qui débute en juillet au Chili.

Deux hommes recherchés

M. Burzaco est l'un des 14 suspects inculpés par la justice des Etats-Unis dans le scandale de corruption qui a balayé la FIFA, entraînant l'annonce de la démission de son président Sepp Blatter.

Il fait partie des personnes accusées d'être mêlées au versement de 110 millions de dollars (103 millions de francs) de pots-de-vin aux confédérations de football d'Amérique du nord, centrale et d'Amérique du sud. Il est soupçonné d'irrégularités dans l'attribution des droits de diffusion TV en Amérique latine.

Deux autres hommes d'affaires argentins, Hugo Jinkis et son fils Mariano, sont aussi recherchés. Ils sont toujours en liberté.

D'après plusieurs médias argentins et suisses, M. Burzaco se trouvait à Zurich le 27 mai, le jour du coup de filet visant les dirigeants de la FIFA. Mais les policiers n'ont pas pu le localiser car il n'était pas dans sa chambre d'hôtel au moment de l'opération.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.