Fusillade en Californie: le Sénat reste immobile sur les armes

Fusillade en Californie: le Sénat reste immobile sur les armes

Photo: Keystone

Au lendemain de la tuerie de San Bernardino, sénateurs républicains et démocrates se sont affrontés jeudi aux Etats-Unis au sujet du contrôle des armes à feu. Ils ne sont une nouvelle fois pas parvenus à s'entendre sur les moyens de lutter contre les fusillades.

Les élus de la minorité démocrate ont réclamé en vain que les vérifications sur les antécédents des acquéreurs d'armes à feu soient élargies aux foires spécialisées et aux transactions sur Internet à l'intérieur d'un même Etat. Ils ont aussi proposé de combler une faille juridique permettant aux personnes figurant sur des 'listes de surveillance terroriste' d'acheter des armes et des explosifs.

Les républicains ont argué que l'Etat pourrait placer par erreur des innocents sur ces listes de surveillance et les priver ainsi de leur droit constitutionnel de posséder une arme à feu. Cet argument est aussi avancé par la National Rifle Association (NRA), le puissant lobby pro-armes aux Etats-Unis.

Consterné par le nouveau bain de sang, Barack Obama avait peu avant plaidé une nouvelle fois en faveur d'une législation plus stricte sur les armes à feu.

Identité des victimes

D'après un sondage réalisé le mois dernier, 82% des Américains interrogés considèrent que la violence liée aux armes à feu est un problème très sérieux ou assez sérieux. Ils se répartissent en revanche de manière quasiment égale quand on leur demande ce qui est le plus important entre une nouvelle législation pour réduire les violences par armes ou la protection du droit à posséder une arme.

D'après cette enquête, 63% des Américains imputent les fusillades de masse à des problèmes de santé mentale et 23% à un contrôle inadéquat des armes à feu.

Du côté de l'enquête, les autorités américaines tentent toujours de déterminer si le couple accusé d'avoir tué 14 personnes et d'en avoir blessé 21 autres à San Bernardino, avant de tomber sous les balles de la police, entretenait des liens avec des groupes islamistes à l'étranger.

Elles ont en outre dévoilé l'identité des victimes, six femmes et huit hommes, âgées de 26 à 60 ans. La plupart d'entre elles étaient originaires de petites villes de Californie, mais l'une d'elles venait de Los Angeles, la deuxième ville américaine, située à une heure de San Bernardino. Plusieurs des 21 blessés se trouvent encore dans un état critique.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.