Glissement de terrain à Shenzhen: 91 personnes portées disparues

Enorme glissement de terrain en Chine, 85 disparus

Photo: Keystone

Un énorme glissement de terrain a fait 85 disparus à Shenzhen, une ville industrielle du sud de la Chine aux portes de Hong Kong. Les sauveteurs s'affairaient lundi pour tenter de dégager des survivants.

Quatre-vingt-cinq personnes étaient portées disparues, a indiqué l'agence officielle Chine nouvelle, révisant à la baisse un précédent bilan de 91 disparus. Selon l'agence, près de 3000 personnes étaient mobilisées dans les opérations de secours.

D'autre part, quelque 900 personnes ont pu être évacuées saines et sauves et seize ont été hospitalisées, a ajouté l'agence soulignant que seules sept personnes ont pu jusqu'à présent être extraites des décombres.

Les secours luttent contre la montre

La dernière catastrophe en date à frapper la Chine est survenue en fin de matinée dimanche. L'avalanche a enseveli une trentaine de bâtiments avant de provoquer une explosion de gaz.

Les témoins ont relaté avoir vu une masse de terre et de boue rougeâtre s'abattre sur cette zone de Shenzhen, une ville de plus de dix millions d'habitants, frontalière de Hong Kong. 'J'ai vu des maisons qui se sont effondrées, toutes les fabriques ont été ensevelies', a déclaré Liu Youqiang, 45 ans.

Des secouristes qui se sont rapprochés lundi du premier étage d'un immeuble de bureaux enseveli sous la coulée de boue menaient une lutte contre la montre pour tenter de sauver d'éventuels survivants, a rapporté Chine nouvelle.

Origine humaine, selon un ministère

Lors d'une conférence de presse télévisée, le maire-adjoint de la ville, Liu Qinsheng, a évalué à 38 hectares - environ 60 terrains de football - l'étendue recouverte par l'énorme masse de terre, haute d'une bonne dizaine de mètres de hauteur.

'C'est la première fois en Chine qu'on voit un glissement de terrain de cette ampleur', a déclaré un expert de l'Académie chinoise des sciences ferroviaires.

Site bouclé

Les causes de la catastrophe seraient d'origine humaine, suggérait le quotidien du ministère du Territoire et des Ressources. Le journal rapportait qu'une montagne de terre, issue de travaux de construction et détrempée par des pluies récentes, avait été accumulée illégalement.

Sur place, le site était étroitement bouclé par des dizaines de véhicules militaires de la police armée qui tenait à distance la presse, a constaté l'AFP. Les journalistes chinois ont reçu pour consignes de s'en tenir strictement aux déclarations officielles, a-t-on indiqué de source chinoise informée.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.