L'Etat islamique accusé d'être derrière l'attentat d'Istanbul

L'Etat islamique accusé d'être derrière l'attentat d'Istanbul

Photo: Keystone

Les autorités turques ont mis en cause dimanche le groupe Etat islamique (EI) dans l'attentat-suicide qui a tué samedi quatre touristes étrangers sur une célèbre avenue d'Istanbul. Cinq suspects ont également été arrêtés dans le cadre de l'enquête.

Le ministre de l'Intérieur Efkan Ala a affirmé que le kamikaze qui s'est fait exploser sur l'avenue Istiklal, une artère fréquentée chaque jour par des centaines de milliers de personnes, était un Turc né en 1992, Mehmet Öztürk.

'L'auteur a été formellement identifié. Il a des liens avec l'organisation terroriste Daech (acronyme arabe de l'EI)', a indiqué M. Ala devant la presse, précisant qu'il ne 'figurait pas dans notre liste de personnes recherchées'. Selon l'agence de presse Dogan, le père et le frère de l'auteur de l'attentat, originaire de la ville de Gaziantep (sud), ont été placés en garde à vue.

L'attentat n'a pas été revendiqué mais la police a rapidement privilégié la piste djihadiste. Le suspect a d'abord été identifié dans la presse proche du gouvernement comme Savas Yildiz, 33 ans, avant que les enquêteurs ne portent leurs soupçons sur Mehmet Öztürk, formellement identifié par empreinte génétique. L'agence Dogan a précisé que les deux hommes étaient liés.

Selon le dernier bilan turc, trois Israéliens et un Iranien ont trouvé la mort. Trente-neuf personnes, dont 24 étrangers, ont été blessées par la déflagration. Le ministère de la Santé a précisé que 15 blessés étaient toujours hospitalisés dimanche à la mi-journée, dont quatre en soins intensifs.

Israël réagit

Au lendemain de l'attaque, Israël a recommandé dimanche à ses ressortissants de ne plus se rendre en Turquie 'au vu de l'aggravation de l'intensité des attentats en Turquie dans des sites touristiques et des secteurs très fréquentés (...) et par crainte de nouveaux attentats', selon son bureau de lutte contre le terrorisme.

L'attaque de l'avenue Istiklal a provoqué un nouveau choc dans le pays. La célèbre avenue est restée anormalement peu fréquentée dimanche, tout comme l'emblématique place Taksim toute proche.

La Turquie vit en état d'alerte permanente depuis l'été dernier et une série inédite d'attentats meurtriers attribués par son gouvernement à l'EI qui ont frappé ses deux plus grandes villes, Istanbul et Ankara.

Kurdes dispersés à Istanbul

Le pays est en outre secoué depuis des mois par la reprise du conflit kurde.

Dimanche, les forces de police turques étaient en alerte renforcée dans tout le pays en raison des inquiétudes liées au Nouvel an kurde. Les policiers ont d'ailleurs dispersé sans ménagement à Istanbul des centaines de personnes qui voulaient célébrer Nevruz malgré une interdiction de rassemblement du gouverneur local, a constaté un journaliste de l'AFP.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.