L'UE propose de répartir 20'000 migrants dans l'UE

Bruxelles propose de répartir 20'000 migrants dans l'UE

Photo: Keystone

La Commission européenne a proposé mercredi que 20'000 migrants soient accueillis et répartis à travers l'Union au cours des deux prochaines années. Rejetant les critiques de Londres, elle a estimé que 'le pire serait de ne rien faire'.

'Ne rien faire serait empirer le sort des personnes en détresse, et perdre toute crédibilité face à nos citoyens, nous ne pouvons pas accepter que des familles entières se noient en Méditerranée', a affirmé le numéro 2 de la Commission, Frans Timmerman.

Le plan adopté mercredi par la Commission européenne après une série de naufrages qui ont fait des centaines de morts en Méditerranée vise notamment à renforcer les secours en mer et à gérer l'accueil des migrants à leur arrivée dans l'UE.

Ces dispositions prévoient l'instauration de quotas pour répartir les réfugiés entre pays européens selon une clé de répartition fondée sur la taille du pays, la croissance économique et sur d'autres critères. Si bien que l'Allemagne, la France et l'Italie seraient les principaux foyers d'accueil.

Fronde britannique

La Commission a décidé d'autoriser Londres, Dublin et Copenhague à ne pas contribuer à la politique de redistribution des réfugiés entre les pays de l'Union européenne. Frans Timmermans a toutefois appelé Londres à prendre le temps d'étudier le projet.

Lançant la charge avant même la présentation du plan de Bruxelles, la ministre britannique de l'intérieur Theresa May a prôné le renvoi des migrants tentant de gagner l'UE en traversant la Méditerranée.

'Je suis en désaccord avec (la cheffe de la diplomatie européenne) Federica Mogherini quand elle soutient qu'aucun migrant ou réfugié intercepté en mer ne sera renvoyé contre son gré', avait-elle dit. 'Une telle approche ne peut qu'encourager plus de gens à risquer leur vie', estime la ministre britannique.

La Suisse prête à participer

La Suisse a de son côté salué les discussions en cours au sein de l'UE. 'Nous sommes prêts à participer aux efforts, mais nous examinons encore sous quelle forme', a signalé Simonetta Sommaruga.

Pour la présidente de la Confédération, les discussions vont dans le bon sens; la Suisse plaide depuis longtemps en faveur d'une clé de répartition européenne des réfugiés. 'Les paroles ne suffisent pas, il faut aussi des actes', a dit la socialiste lors d'une conférence de presse à l'issue de la séance gouvernementale.

L'idée d'accueillir 20'000 migrants ne peut être qu'un premier pas, selon elle. La Suisse a déjà annoncé sa volonté d'accueillir à elle seule 3000 réfugiés syriens au cours des trois prochaines années, a rappelé Simonetta Sommaruga.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.