L'armée envoie des renforts vers Palmyre menacée par l'EI

L'EI menace Palmyre en Syrie et regagne du terrain en Irak

Photo: Keystone

Les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) se rapprochaient vendredi du joyau archéologique de Palmyre dans le désert syrien, suscitant l'inquiétude de l'Unesco. Ils affirment aussi avoir repris Ramadi, capitale provinciale de l'ouest de l'Irak.

'Les extrémistes sunnites se trouvent désormais à 'un kilomètre' de Palmyre, ville antique célèbre pour ses colonnades torsadées et ses tours funéraires, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Cette ONG proche de l'opposition syrienne rapporte des combats autour de la ville.

Les affrontements ont fait 138 morts parmi les combattants, soit 73 soldats et 65 djihadistes, depuis que l'EI a pris mercredi une série de postes de l'armée à l'extérieur de la ville. Selon l'OSDH, l'EI a en outre exécuté 26 civils, dont dix par décapitation 'pour collaboration avec le régime'.

De son côté, Talal Barazi, gouverneur de la province de Homs (centre) dont fait partie Palmyre, a affirmé que la situation était 'sous contrôle'. Selon lui, 'l'armée a envoyé des renforts et l'armée de l'air bombarde les positions' de l'EI.

Unesco très inquiète

La ville intra muros compte près de 35'000 habitants et déplacés qui s'y sont installés depuis le début du conflit il y a quatre ans. Au total, plus de 100'000 personnes peuplent la région de Palmyre, selon l'OSDH.

'Nous sommes très inquiets', a affirmé de Beyrouth Irina Bokova, directrice générale de l'Unesco, qui a inscrit en 1980 le site sur la liste du patrimoine de l'Humanité. Elle a appelé 'toutes les parties prenantes à protéger' cette oasis, évoquant de précédentes destructions par l'EI de trésors archéologiques en Syrie et en Irak.

L'EI s'est vanté ces derniers mois d'avoir détruit ou endommagé plusieurs grands sites archéologiques, notamment ceux de Nimroud et de Hatra en Irak.

Avancée en Irak

A plusieurs centaines de kilomètres à l'est de Palmyre, l'EI a hissé vendredi son drapeau sur le gouvernorat de Ramadi, chef-lieu de la province irakienne d'Al-Anbar situé 110 kilomètres à l'ouest de Bagdad. Les djihadistes ont revendiqué la prise de la ville via les haut-parleurs des mosquées.

Dans son bulletin radiophonique quotidien, l'EI a affirmé avoir tué 13 soldats près de Ramadi et exécuté 14 combattants tribaux sunnites dans le centre-ville. Les combats se poursuivaient toutefois dans certains quartiers.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.