La justice italienne ouvre le procès des bas-fonds de Rome

La justice italienne ouvre le procès des bas-fonds de Rome

Photo: Keystone

Un tribunal de Rome a ouvert jeudi le procès intenté à un vaste réseau de criminels, entrepreneurs et hommes politiques. Ceux-ci sont accusés de corruption et d'avoir inflitré la municipalité de la ville éternelle.

Ce maxi-procès, l'un des plus importants pour corruption depuis les grands procès lancés après les enquêtes 'mains propres' dans les années 90, s'est ouvert vers peu après 09H30 devant le tribunal pénal de Rome, en présence de très nombreux journalistes.

Une quarantaine de personnes seront entendues tout au long de ce procès, qui devrait se prolonger jusqu'à l'été 2016. Dès la deuxième audience, le tribunal devrait se déplacer à la prison de Rebibbia, dans la banlieue nord-est de Rome.

Certains des accusés sont incarcérés, dont le chef présumé, Massimo Carminati, ex-terroriste de droite qui s'est recyclé dans la criminalité, tandis que d'autres, comme des responsables politiques romains, ont bénéficié d'assignations à résidence.

Une centaine de personnes visées

L'affaire explose en décembre 2014 avec l'arrestation de 37 personnes, dont Massimo Carminati, 57 ans, borgne depuis un échange de tirs avec la police alors qu'il tentait de fuir en Suisse en 1981.

Au total, une centaine de personnes, dont des entrepreneurs et l'ex-maire de droite Gianni Alemanno, sont visées par cette enquête.

Les affaires du groupe criminel allaient de la gestion des ordures à la maintenance des espaces verts en passant par l'assistance aux réfugiés, des secteurs bénéficiant d'importants fonds publics.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.