Le FN suspend Jean-Marie Le Pen et convoque une AG

Le FN suspend Jean-Marie Le Pen et convoque une AG

Photo: Keystone

La direction du Front national a décidé lundi de suspendre Jean-Marie Le Pen. Elle va convoquer une assemblée générale extraordinaire pour modifier les statuts de la formation, notamment ceux ayant trait à sa fonction de président d'honneur.

L'annonce en a été faite à l'issue d'une longue réunion du bureau exécutif convoquée après des déclarations polémiques du fondateur du FN, qui ont déclenché une guerre ouverte avec la présidente du parti, sa fille Marine Le Pen.

'Le bureau exécutif, réuni ce jour à l'issue du bureau politique, a constaté à la majorité de ses membres la nécessité de supprimer l'article 11 bis des statuts du Front national relatif à la présidence d'honneur', a affirmé le Front national dans un communiqué.

L'assemblée générale extraordinaire, organisée dans un délai de trois mois, proposera aux militants une 'rénovation plus complète des statuts' en vue de permettre au 'mouvement modernisé dans son fonctionnement, perfectionné dans son organisation' d'aborder les échéances électorales dans 'd'excellentes conditions'.

En attendant, 'le bureau exécutif a décidé, conformément à l'article 19, de suspendre le président d'honneur de sa qualité d'adhérent, jusqu'au vote de ladite assemblée générale extraordinaire', dit le communiqué.

En l'absence de Jean-Marie Le Pen

Appelé à se présenter devant une instance qualifiée pour prendre des sanctions disciplinaires, Jean-Marie Le Pen a ignoré la convocation. Il a quitté le siège du FN à l'issue du bureau politique organisé le matin.

Les dirigeants actuels de la formation d'extrême droite cherchent à éviter que les provocations du président d'honneur n'écornent la stratégie de 'dédiabolisation' engagée par Marine Le Pen. Elle a succédé à son père à la tête du parti en 2011.

Tout au long du week-end, ils ont martelé le même message : Jean-Marie Le Pen ne peut parler au nom du FN et engager le parti lorsqu'il réitère ses propos sur les chambres à gaz nazies, 'détail' de l'Histoire selon lui, comme il l'a encore fait mi-avril.

'Désavoué'

Lundi, il a soigné sa sortie en refusant un passage devant une instance disciplinaire après un bureau politique durant lequel il a été, selon ses propres mots, 'désavoué'. Mais il a aussi abondé dans le sens de sa fille en assurant qu'il s'exprimait désormais en son nom et non comme dirigeant.

'Je ne parle plus au nom du Front national depuis que je ne suis plus président. Depuis quatre ans que Marine Le Pen est présidente, c'est elle qui parle au nom du Front national. Moi, je parle au nom de Jean-Marie Le Pen', a-t-il dit.

Ces déclarations pourraient satisfaire Mme Le Pen qui, dimanche, avait souhaité empêcher son père de représenter publiquement le parti, laissant même entendre qu'elle ne s'opposerait pas à l'exclusion du toujours député européen.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.