Le Parlement du Koweït a été dissous par l'émir

Le Parlement du Koweït a été dissous par l'émir

Photo: Keystone

L'émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmed Al-Sabah, a dissous dimanche le Parlement de l'émirat pétrolier du Golfe. Il a invoqué une conjoncture régionale 'délicate' et 'des défis sécuritaires', a rapporté l'agence officielle Kuna.

Cette décision a été annoncée au lendemain de l'appel du président du Parlement Marzouk al-Ghanem à des élections anticipées pour relever les défis économiques et sécuritaires auxquels le Koweït est confronté. Première monarchie du Golfe à se doter d'un Parlement dès les années 1960, cet émirat coutumier des crises politiques souffre de la baisse des prix du pétrole.

En vertu de la Constitution, des élections anticipées devront être organisées dans un délai de deux mois après la dissolution de la Chambre. Le peuple sera ainsi appelé à choisir de nouveau ses représentants et 'contribuer à relever ces défis', a ajouté le chef de l'Etat sans donner plus de précisions.

Le décret de l'émir a été promulgué sur une recommandation du Conseil des ministres qui a tenu dimanche une réunion extraordinaire pour discuter d'un blocage avec des parlementaires sur le relèvement des prix de l'essence et des réformes économiques. Le mandat du Parlement dissous courait jusqu'à fin juillet 2017. La date des prochaines élections n'a pas été fixée.

La baisse des prix du pétrole affecte l'économie du pays. L'émirat a enregistré un déficit budgétaire de 4,6 milliards de dinars (14,8 milliards de francs) au dernier exercice fiscal qui s'est achevé le 31 mars, après seize ans d'excédents grâce aux prix élevés de l'or noir.

Le pays compte 1,3 million de Koweïtiens, dont 30% de chiites et quelque trois millions de résidents étrangers.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.