Le Premier ministre australien en immersion chez les Aborigènes

Le Premier ministre australien en immersion chez les Aborigènes

Photo: Keystone

Le Premier ministre australien, Tony Abbott, a entamé dimanche sa première journée au sein de communautés aborigènes avec lesquelles il va passer une semaine dans le nord du pays. Sa démarche vise à accélérer le développement de cette population 'négligée'.

M. Abbot espère que ce voyage va l'aider à 'se familiariser avec les véritables problèmes des indigènes d'Australie. Passer simplement une semaine sur 52 à se concentrer sur les problèmes des indigènes n'est pas trop', a déclaré le chef du gouvernement à des journalistes à Kununurra, une ville du nord-ouest.

'Ce n'est franchement pas trop, étant donné que cette partie de notre population a été en grande partie négligée au cours des quelques dernières centaines d'années', a-t-il ajouté.

'Il y a donc un sentiment qui fait que les Aborigènes obtiennent enfin l'attention qu'ils méritent, et cela va certainement être mon attention totale et l'attention totale du gouvernement pour la semaine qui vient', a souligné M. Abbott.

Espérance de vie réduite

Tony Abbott avait promis d'être 'le Premier ministre pour les affaires aborigènes' avant son arrivée au pouvoir en septembre 2013. Il avait alors annoncé qu'il dirigerait le pays une semaine par an depuis un endroit isolé de la communauté indigène.

Les Aborigènes et les indigènes vivent en Australie depuis plus de 40'000 ans et forment la population la plus pauvre et la plus marginalisée du pays. Lors de l'arrivée des colons européens en Australie en 1788, les Aborigènes étaient environ un million.

Ils ne représentent plus aujourd'hui que 470'000 des 23 millions d'habitants du pays et sont les citoyens les plus désavantagés. Leur espérance de vie par exemple est nettement plus courte que celle de leurs concitoyens.

Amnesty International a publié en juin dernier un rapport sur la jeunesse aborigène et indigène du détroit de Torrès (population autochtone du nord de l'Australie). L'organisation de défense des droits humains y déplore que les enfants de ces communautés ont 26 fois plus de risques de se retrouver derrière les barreaux que les autres.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.