Le forcené de Graz « pas en état » d'être entendu, la ville en deuil

Le forcené de Graz

Photo: Keystone

Le forcené qui a tué trois personnes et fait 34 blessés en fonçant dans la foule au volant d'un 4X4 samedi à Graz n'était 'toujours pas en état' d'être interrogé dimanche, a indiqué le Parquet. La ville autrichienne a elle commencé à panser ses plaies.

'La plaie sera difficile à cicatriser, il faudra du temps', a déclaré la ministre de l'Intérieur, Johanna Mikl-Leitner, qui s'est rendue sur les lieux du drame dimanche matin. 'Ce qui s'est passé ici est inconcevable. Il n'y a pas d'excuse à cela'.

La presse tentait également de comprendre le geste fou de l'automobiliste. Il a délibérément fauché des dizaines de passants dans le centre-ville piétonnier de la deuxième ville du pays, samedi à la mi-journée, avant de se rendre à la police,.

Trois personnes, dont un enfant de 4 ans, ont succombé et six blessés ont été hospitalisés dans un état 'critique'. Leur état était cependant jugé 'stable' dimanche par les autorités.

La police a immédiatement écarté samedi tout mobile terroriste, évoquant l'acte d'un individu isolé et 'dérangé mentalement'.

Etat de psychose

L'homme, un chauffeur routier de 26 ans, n'était 'toujours pas en état d'être entendu' par les enquêteurs dimanche, a indiqué un porte-parole du Parquet, Christian Kroschl. Ce dernier a précisé que l'homme n'avait même pas pu répondre au médecin qui l'a examiné en garde à vue.

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'individu présente des symptômes de 'psychose' et était connu pour 'actes de violence', qui lui ont valu une exclusion du domicile familial fin mai.

Des témoins ont rapporté que l'homme avait lancé son véhicule 'à plus de 100 km/h' dans une des principales artères piétonnières de la cité, la Herrengasse. Au cours de son périple mortel, il a également fauché des piétons sur des trottoirs, et blessé un couple avec un couteau.

Plaie béante

A Graz, où plusieurs milliers de personnes ont pris part samedi soir à une veillée funèbre, un grand panneau 'Graz en deuil' a été érigé sur la principale place, tandis que des bougies, des fleurs et des peluches ont été disposées sur les lieux du drame. 'La ville est une plaie béante', a relevé Me Mikl-Leitner.

Samedi, le président de la République autrichienne, Heinz Fischer, s'était dit de son côté 'profondément choqué' par le drame, à l'instar de nombreux responsables politiques.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.