Le pape termine sa visite en Arménie par un lâcher de colombe

Le pape termine sa visite en Arménie par un lâcher de colombe

Photo: Keystone

Le pape François a achevé dimanche sa visite de trois jours en Arménie par un geste symbolique de paix. Il a lâché une colombe depuis le monastère de Khor Virap vers la frontière turque, après s'être attiré les foudres d'Ankara avec ses propos sur le 'génocide'.

Arrivé dans ce monastère au son des cloches aux côtés de Karékine II, le chef de l'Eglise apostolique arménienne, le pontife a prié dans une chapelle puis l'église de ce monastère situé sur un éperon rocheux. Les deux responsables religieux sont sortis sur la terrasse du belvédère du monastère pour lâcher chacun une colombe en direction du Mont Ararat couronné de nuages, avant de se donner l'accolade, visiblement émus.

Ce mont enneigé est le lieu symbolique de la culture chrétienne arménienne, qui se trouve maintenant de l'autre côté de la frontière turque. C'est sur ce mont que se serait posé selon la tradition orale l'Arche de Noé. Après le déluge, Noé avait lâché une colombe pour trouver de la terre, et elle serait revenue avec un rameau d'olivier.

Le quatorzième voyage du pontife à l'étranger aura été tout au long de ses trois jours dominé par la mémoire des tueries qui ont fait selon les Arméniens 1,5 million de morts sous l'Empire Ottoman.

Mot fatidique

Avant la visite du pape en Arménie, tous les signaux envoyés par le Vatican à la presse indiquaient qu'il éviterait probablement d'employer le terme de génocide, afin de ne pas créer des tensions supplémentaires au Moyen-Orient et de ne pas mettre en difficulté les nombreux réfugiés chrétiens, notamment en Turquie.

En 2015, la Turquie avait rappelé son ambassadeur au Vatican après que le pape eut prononcé le mot dans la basilique Saint-Pierre.

Mais, dès son arrivée vendredi, le pape François a ajouté le mot fatidique dans son discours devant la classe politique, et montré une nouvelle fois qu'il préférait la franchise de ses propres convictions à la prudence qui lui était recommandée par la Secrétairerie d'Etat.

Mentalité de croisés

Ankara, par la voix de son vice-Premier ministre, a réagi très durement, parlant d'une 'mentalité de croisés'. Cette déclaration est 'très malheureuse. Il ne s'agit pas d'une déclaration objective qui soit conforme à la réalité', a dit Nurettin Canlikli samedi soir, cité par l'agence Anadolu.

'Il est possible de voir toutes les marques et les réflexions caractéristiques de la mentalité des Croisades dans les activités du pape', a ajouté le dirigeant turc.

Le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a répondu que le pape 'ne fait pas de croisades' et n'a 'pas prononcé un mot contre le peuple turc'.

François, a-t-il expliqué, s'efforce toujours de 'bâtir des ponts au lieu des murs'. Il entend créer des 'fondements pour la paix et la réconciliation', a-t-il précisé dans un point de presse, répondant aux questions sur les conséquences de ces propos pour les chrétiens du Moyen Orient et la tension régionale.

Appel à la réconciliation

Pour le pape, établir la vérité de l'histoire est une base pour toute réconciliation durable et sincère. Tout en appelant pendant son voyage les Arméniens à défendre leur mémoire collective, il les a exhortés à s'en servir de manière positive, non pour se venger mais au contraire pour mettre fin à la spirale des violences.

Samedi soir, François est revenu lors d'une prière sur la place de la République d'Erevan, comble, sur l''effroyable et folle extermination' qui aurait fait 1,5 million de victimes selon les Arméniens, mais appelé à la 'réconciliation entre les peuples arménien et turc'.

Lors de sa visite, le pape a également appelé les Arméniens à oeuvrer à la réconciliation avec les Turcs et les Azerbaïdjanais, alors que le Cathokilos affirmait samedi devant lui que l'Arménie est 'victime d'une guerre qui ne dit pas son nom'.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.