Le vote des Saoudiennes, une première qui suscite des remous

Le vote des Saoudiennes, une première qui suscite des remous

Photo: Keystone

L'Arabie saoudite a franchi un nouveau pas dimanche en acceptant les candidatures de femmes aux prochaines élections locales. Cette première est jugée insuffisante par les progressistes et inacceptable par les conservateurs.

Les Saoudiennes ont jusqu'à la mi-septembre pour se porter candidates pour les élections municipales de décembre, qui seront également le premier scrutin auquel pourront voter les femmes. L'opération d'enregistrement des électrices a pour cela débuté le 22 août dans des centres séparés de ceux des hommes.

Dans le royaume ultra-conservateur musulman, la séparation entre les sexes reste la règle et les femmes sont astreintes à une tenue les couvrant de la tête aux pieds. Elles ne peuvent pas travailler, voyager ou avoir un passeport sans l'autorisation d'un homme de la famille, comme le père ou l'époux. Il leur est également interdit de conduire.

Le défunt roi Abdallah avait toutefois décidé en 2011 d'autoriser les femmes à voter et à se porter candidates pour les municipales de 2015. Il avait à l'époque affirmé 'refuser de marginaliser la femme dans la société saoudienne'.

Réformes peut-être provisoires

En février 2013, le même roi avait imposé un quota de femmes dans l'assemblée consultative nationale non élue, en désignant 30 Saoudiennes sur un total de 150 membres. Le roi Salmane a succédé à Abdallah en janvier dernier et les spécialistes du royaume se demandent s'il poursuivra les timides réformes engagées par son demi-frère.

Le quotidien à capitaux saoudiens Al-Hayat a récemment indiqué que quelque 200 femmes avaient manifesté de l'intérêt pour se porter candidates aux municipales. Pour ce scrutin, les électeurs désigneront les deux tiers des conseils municipaux tandis que le dernier tiers sera désigné par les autorités.

Mesure insuffisante

Le feu vert au vote des Saoudiennes est jugé insuffisant par les défenseurs des droits de l'Homme. Human Rights Watch y voit un 'signe de progrès', mais cette mesure est 'insuffisante pour intégrer totalement les femmes dans la vie politique saoudienne'.

Pour que le statut des femmes évolue réellement, les 'autorités doivent annuler le système d'autorisation' familiale qui empêche les Saoudiennes de travailler, de voyager et de se marier librement, estime HRW dans un communiqué publié le 20 août.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.