Les Britanniques ont commencé à voter sur l'appartenance à l'UE

Le Royaume-Uni vote, l'Europe retient son souffle

Photo: Keystone

Des millions de Britanniques votaient jeudi sur leur appartenance à l'Union européenne. Ce référendum historique devait décider de leur avenir et de celui du reste de l'Europe, où ce scrutin aux enjeux énormes était suivi avec fébrilité.

A l'issue d'une campagne passionnée, axée sur l'immigration et l'économie, les électeurs se pressaient dans tout le pays pour déposer leur bulletin de vote. Pendant ce temps, une pluie bien britannique balayait certaines régions, dont Londres.

Signe de la confiance des investisseurs contre un Brexit, la Bourse de Londres a terminé en forte hausse jeudi, comme les autres places boursières européennes. Les bookmakers misaient tous sur un 'Remain' dont les chances ont été réévaluées à 81% par plusieurs sociétés de pari.

Les bureaux devaient fermer à 22h00 (23h00 en Suisse) pour les 46,5 millions d'inscrits. Le résultat devait être annoncé vendredi au petit matin. Le Royaume-Uni pourrait alors devenir le premier pays à choisir de quitter l'UE en 60 ans de construction européenne.

Avis partagés

Dans les bureaux de vote, les électeurs étaient partagés et leurs témoignages traduisaient les inquiétudes quant aux conséquences d'un Brexit ou, à l'inverse, l'enthousiasme à l'idée de tenter l'aventure hors du giron européen. Dans l'europhile Ecosse, certains soulignaient qu'un Brexit pourrait justifier l'organisation d'un nouveau référendum d'indépendance.

David Cameron, qui a mis en jeu sa crédibilité en menant campagne pour le maintien dans l'UE, a voté à Londres. Le Premier ministre conservateur a appelé ses compatriotes à opter pour le maintien, gage selon lui d'un 'futur meilleur'. Le leader du parti d'opposition travailliste (Labour), Jeremy Corbyn, pro-UE lui aussi mais plus timidement, a également voté à Londres.

Autre lieu, autre son de cloche: Nigel Farage, le chef de l'UKIP, le parti europhobe et anti-immigration, a voté en estimant que le camp du 'Leave' avait une 'grande chance' de l'emporter.

Participation décisive

Selon les analystes, le niveau de la participation devait avoir un impact décisif: plus celle-ci sera importante, plus le 'Remain' (Rester) aura des chances de gagner la mise.

Le président français François Hollande a souhaité 'que demain (vendredi) matin, nous apprenions qu'ils sont restés dans l'Union européenne, parce que c'est leur place'. La chancelière allemande Angela Merkel a émis le même souhait. Les deux dirigeants se rencontreront lundi pour évoquer la situation de la Grande-Bretagne, avant le Conseil européen de mardi et mercredi à Bruxelles.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.