Manifestations contre la présidente Dilma Rousseff au Brésil

Manifestations d'envergure contre Dilma Rousseff au Brésil

Photo: Keystone

Près de 1,5 million de Brésiliens ont manifesté dimanche contre la présidente Dilma Rousseff. A Sao Paulo (sud-est), ils étaient plus d'un million, selon la police. La cheffe de l'Etat est la cible d'une grogne croissante en raison de la crise économique et du scandale de corruption Petrobras.

A Sao Paulo, capitale économique et fief de l'opposition, un cortège a rassemblé un million de personnes, a indiqué la police militaire de la ville sur son compte Twitter. Au total, les manifestations organisées dans 74 villes du pays ont mobilisé près d'1,5 million de personnes, selon les estimations de la police militaire.

Ce chiffre est comparable au pic atteint lors de la fronde sociale historique de juin 2013. Les cortèges rassemblaient notamment 20'000 personnes à Brasilia, 15'000 à Rio de Janeiro et 4000 à Salvador de Bahia (nord-est), selon des estimations de la police.

Destitution demandée

Vêtus de jaune ou vert, couleurs du drapeau brésilien, de nombreux participants réclamaient la destitution de Mme Rousseff, réélue fin 2014 pour un second mandat de quatre ans au terme d'une campagne rugueuse. Certains, moins nombreux, demandaient même une intervention militaire pour mettre fin à douze ans de pouvoir du Parti des travailleurs (PT, gauche).

A Rio, Rita Souza, une productrice de télévision de 50 ans, arborait une pancarte proclamant: 'Intervention militaire maintenant'. 'Je ne demande pas un coup d'Etat, mais une intervention constitutionnelle pour appeler à de nouvelles élections propres, sans urnes électroniques, sans manipulation du PT. Qu'ils s'en aillent tous à Cuba', a-t-elle expliqué à l'AFP.

Ces manifestations se déroulaient deux jours après celles organisées pour défendre la présidente, le groupe pétrolier public Petrobras et la démocratie brésilienne, à l'appel de syndicats et mouvements sociaux proches du PT. Les cortèges avaient réuni 148'000 personnes selon les organisateurs, 32'000 selon la police.

Situation difficile

Mme Rousseff est confrontée à une situation complexe sur plusieurs fronts: l'économie est au bord de la récession alors que l'inflation continue de grimper, que les déficits publics se creusent et que la monnaie nationale, le réal, a perdu 30% de sa valeur en un an face au dollar. Contrairement à ses engagements électoraux, la présidente s'est résolue à mettre en place un ajustement budgétaire douloureux, et critiqué par une partie de son propre camp politique.

A ce contexte s'ajoute la tension politique générée par le scandale de corruption qui ébranle Petrobras. La justice soupçonne des dizaines de politiciens appartenant majoritairement à la coalition au pouvoir, dont 22 députés, treize sénateurs et deux gouverneurs, d'avoir perçu des pots-de-vin de la compagnie pétrolière.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.