Nouveaux centres de soutien aux familles sur la route des migrants

Nouveaux centres de soutien aux familles sur la route des migrants

Photo: Keystone

Le HCR et l'UNICEF renforcent leur dispositif pour les enfants et les familles sur la route des migrants. Des centres de soutien sont désormais opérationnels. Une vingtaine le seront dans cinq pays d'ici trois mois, ont dit vendredi à Genève les agences de l'ONU.

Ces 'points bleus' doivent garantir un espace sécurisé avec des prestations, des jeux, une protection et un conseil aux enfants et aux familles. Ils sont attendus en Grèce - où 3 sur 11 sont déjà opérationnels -, en Macédoine, en Croatie, en Slovénie et en Serbie, selon le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF).

'Quand vous êtres à la frontière entre la Grèce et la Macédoine, vous êtes immédiatement confronté à des enfants', a affirmé devant la presse le Haut Commissaire adjoint aux réfugiés, Volker Türk. 'Il est bon que nous soyons engagés aussi de manière opérationnelle'.

Par ailleurs, 'nous devons être très flexibles' en fonction des circonstances. Parmi les cinq pays où les centres sont ou seront établis, quatre ont récemment conclu avec l'Autriche un accord policier pour fermer leurs frontières.

Appel lancé aux gouvernements

Les sociétés nationales de la Croix-Rouge et des ONG seront également associées aux centres. Mais ces sites ne remplacent pas la responsabilité et les obligations des Etats à protéger les enfants et à prévenir notamment les violences sexuelles, selon le HCR et l'UNICEF. Les pays doivent s'occuper de l'enregistrement des migrants, a dit la coordinatrice spéciale de l'UNICEF pour la crise migratoire en Europe, Marie-Pierre Poirier.

Les centres seront établis aux frontières, aux centres d'enregistrement et dans certaines villes. Ils doivent permettre de lutter contre les maladies, les persécutions, les violences, le trafic et les exploitations. Ces centres doivent contribuer à mieux identifier les enfants et les adolescents qui ne sont pas avec leur famille et établir si possible des réunifications.

En 2015, ces personnes étaient plus de 90'000 à avoir demandé l'asile ou être assisté en Europe, surtout en Allemagne et en Suède. Et certaines d'entre elles s'annoncent comme adultes pour éviter d'être détenues.

Les centres vont livrer la protection dont ces personnes 'ont besoin dans un environnement qui ne leur est pas familier', a affirmé M. Türk. Des sites vont aussi contribuer à renforcer les systèmes nationaux de protection des enfants, a indiqué Mme Poirier.

Beaucoup de femmes et d'enfants

Au total, 40 à 50 enfants peuvent retrouver chaque jour leur famille. 'Dans la plupart des cas le même jour et souvent dans les trois jours' qui suivent leur arrivée.

Au total, deux tiers des migrants qui arrivent en Europe sont des femmes et des enfants. En février, ils étaient 60% contre moins de 30% il y a cinq mois.

Et cette semaine, le nombre de migrants arrivés en Europe a atteint plus de 120'000 personnes depuis le début de l'année, a indiqué vendredi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Plus de 1000 personnes ont été secourues dans les deux derniers jours au large de l'Italie. Au total, 418 migrants sont décédés depuis début janvier, légèrement moins qu'en 2015 à la même période.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.