Poutine reconduit Kadyrov à la tête de la Tchétchénie

Poutine reconduit Kadyrov à la tête de la Tchétchénie

Photo: Keystone

Le président russe Vladimir Poutine a reconduit vendredi Ramzan Kadyrov à la tête de la Tchétchénie, république du Caucase russe. Il est donc resté sourd aux critiques de l'opposition qui réclame depuis des mois la démission du président tchétchène.

Le mandat de M. Kadyrov, qui dirige d'une main de fer la Tchétchénie depuis 2007, expire le 5 avril, mais l'élection du nouveau président tchétchène ne doit avoir lieu qu'en septembre.

'Compte tenu de ce qui a été fait ces dernières années, en premier lieu, pour les Tchétchènes (...) j'ai signé aujourd'hui un décret sur votre nomination au poste de chef de la République tchétchène par intérim', a déclaré M. Poutine, lors d'une rencontre au Kremlin avec Ramzan Kadyrov, diffusée en direct par la télévision russe.

Appel au respect des lois russes

Le président russe a ajouté 'espérer' que M. Kadyrov se présenterait ensuite aux élections de septembre et que 'le peuple tchétchène pourrait apprécier à sa juste valeur' ce qu'il a fait pour cette région en ruines après deux guerres sanglantes avec Moscou dans les années 1990 et 2000.

Ramzan Kadyrov, qui avait rendu compte en bégayant et les yeux baissés sur la situation en Tchétchénie, n'a pas caché sa joie à l'annonce de sa reconduction. 'Merci pour cette confiance!', s'est exclamé M. Kadyrov, en promettant de 's'en montrer digne'.

Vladimir Poutine l'a toutefois appelé à une 'coordination plus étroite' avec les autorités fédérales dans le domaine de la sécurité et à 'tout faire pour assurer le respect des lois russes dans tous les domaines' en Tchétchénie.

Fortes tensions entre opposants et Kadyrov

Cette reconduction intervient sur fond de tensions entre opposants libéraux, journalistes indépendants et défenseurs des droits de l'homme et Ramzan Kadyrov, qui les accuse d'être des 'ennemis du peuple'.

La semaine dernière, le président de l'ONG Comité contre la torture Igor Kaliapine a été agressé à Grozny, la capitale tchétchène, après avoir été forcé à quitter son hôtel dont la direction l'accusait de critiquer M. Kadyrov.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a alors estimé que cette affaire était liée au niveau élevé de la 'criminalité' en Tchétchénie, appelant à ne pas y voir un lien avec Ramzan Kadyrov.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.