Ralentissement du réchauffement climatique depuis 1998: un leurre

Ralentissement du réchauffement climatique depuis 1998: un leurre

Photo: Keystone

Une nouvelle analyse des températures relevées à la surface du globe remet en question le pic du réchauffement climatique au XXIe siècle décrit dans plusieurs études, dont le dernier rapport des experts du GIEC. Le rythme de la hausse est au contraire aussi important.

Selon l'étude publiée jeudi dans la revue américaine Science, aucune diminution discernable du réchauffement n'a été relevée entre la seconde moitié du XXe siècle - période de montée des températures liée aux activités humaines - et les quinze premières années du XXIe siècle, durant lesquelles ce phénomène paraissait se stabiliser.

Les chercheurs de l'agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) ont analysé des relevés de températures provenant de milliers de stations d'observations météorologiques à terre et en mer, sur des navires et des bouées. Ils ont conclu que les températures au XXIe siècle n'avaient pas plafonné.

Tout au contraire: le rythme d'accroissement sur cette période est au moins aussi important que lors des cinquante dernières années du XXe siècle. D'après les climatologues, ces résultats et d'autres tendent à indiquer que le ralentissement du réchauffement depuis 1998 n'est qu'une illusion.

0,116 degré de plus chaque an

Selon leurs analyses, le monde s'est réchauffé à un rythme de 0,086 degré Celsius par décennie entre 1998 et 2012, soit deux fois l'estimation de 0,039 degré du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

Entre 2000 et 2014, les chercheurs de la NOAA ont estimé la montée des températures mondiales à 0,116 degré en rythme décennal, soit une valeur proche de la période 1950 à 1999 (0,113 degré de hausse par décennie).

Pour le climatologue Michael Mann de l'université de Pennsylvanie, 'il n'y a pas de pause ou d'hiatus, mais un ralentissement temporaire du réchauffement'.

M. Mann a noté que 1998 avait été une année particulièrement chaude en raison de l'intensité inhabituellement forte du courant marin chaud de l'océan Pacifique El Niño, ce qui fait paraître les années suivantes comme plus fraîches.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.