Rohani minimise le droit de regard obtenu par le Congrès américain

Rohani minimise le droit de regard obtenu par le Congrès américain

Photo: Keystone

La menace d'une action du Congrès américain contre un accord nucléaire entre les grandes puissances et l'Iran a conduit à de nombreuses déclarations mercredi. Le président iranien Hassan Rohani a minimisé ce risque.

Tandis que la commission des Affaires étrangères du Sénat américain a adopté mardi une proposition de loi qui donnerait un droit de regard au Congrès en cas d'accord final sur le nucléaire iranien, le président de l'Iran Hassan Rohani a affirmé mercredi que son pays ne négociait pas avec le Congrès mais avec le groupe 5+1.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est dit de son côté 'persuadé' de la capacité du président américain Barack Obama à obtenir du Congrès qu'il approuve un accord nucléaire.

Saluée par Israël, la loi imposerait toutefois une période d'attente à M. Obama entre la signature d'un accord final et la levée des sanctions américaines adoptées par le Congrès contre l'Iran.

La République islamique exige elle que les sanctions soient levées le jour de l'entrée en vigueur d'un accord, comme l'a encore répété le ministre iranien des affaires étrangères Mohammad Javad Zarif ce mercredi lors d'une visite au Portugal.

Gouvernement américain 'responsable'

'Le principal point' des discussions sera celui de la levée des sanctions internationales imposées à l'Iran depuis 2006, lui a fait écho M. Rohani. 'Tout le monde doit savoir qu'il n'y aura pas d'accord sans levée des sanctions', a lancé le président iranien, alors qu'un accord global 'profitera au monde entier'.

Mohammad Javad Zarif a aussi adopté un ton moins conciliant. L'Iran tiendra 'le gouvernement et le président américains responsables' du respect par les Etats-Unis d'un accord final sur le nucléaire, indépendamment du droit de regard obtenu par le Congrès, a-t-il prévenu mercredi.

Le ministre iranien a précisé que son pays allait étudier la proposition de loi du Sénat américain 'pour voir si elle empiète sur la capacité du président' Barack Obama à 's'acquitter de ses obligations'.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.