Torture par la CIA: il est temps d'enclencher les poursuites

Torture par la CIA: il est temps d'enclencher les poursuites

Photo: Keystone

Rien ne justifie l'absence de poursuites judiciaires à l'encontre des hauts responsables américains qui ont supervisé le recours à la torture par la CIA dans les années 2000. Human Rights Watch (HRW) pourfend ce vide juridique dans un rapport publié mardi.

'La ministre américaine de la justice (Loretta Lynch) dispose désormais de suffisamment de preuves pour ordonner des enquêtes visant des hauts responsables des Etats-Unis et d'autres personnes impliquées dans le programme post-11-Septembre d'utilisation de la torture', insiste l'organisation de défense des droits de l'Homme.

Ces investigations doivent notamment cibler l'ancien directeur de la Central Intelligence Agency (CIA) George Tenet, l'ancienne secrétaire d'Etat Condoleezza Rice, l'ex-ministre de la justice John Ashcroft et l'ancien vice-président Dick Cheney, a précisé HRW.

Dans ce rapport, intitulé 'Fini les excuses: la voie de la justice après les tortures de la CIA', HRW détaille les fondements légaux et les actions à mener pour solder le lourd passif de ce chapitre obscur de l'histoire américaine.

Fin 2014, le Sénat américain avait rendu public un rapport d'enquête détaillé sur le programme secret de la CIA pour capturer et interroger, hors cadre judiciaire, des hommes soupçonnés de liens avec Al-Qaïda. On y décrivait comment des détenus avaient été attachés pendant des jours dans le noir, projetés contre les murs, plongés dans des bains glacés, privés de sommeil pendant une semaine, frappés ou harcelés psychologiquement.

Feu vert de Bush

D'autres suspects avaient été enchaînés au plafond par leurs bras menottés dans le dos, avaient subi des 'réhydratations rectales' forcées ou des séances de 'waterboarding' (simulation de noyade) dans des prisons secrètes. Ces 'techniques d'interrogatoires poussés' avaient été approuvées au plus haut niveau à l'époque de la présidence de George W. Bush.

Le document accablant du Sénat avait suscité une onde de choc et des condamnations à travers le monde entier, ainsi que des demandes de poursuites judiciaires. Or, un an plus tard, 'les affirmations de l'administration Obama selon lesquelles des obstacles juridiques empêchent des investigations pénales sur l'utilisation de la torture par la CIA ne sont pas convaincantes', juge Human Rights Watch.

Réputation ternie

L'absence d'action judiciaire sous-entend que le recours à la torture reste une option possible, dénonce l'organisation, et toute inaction 'ternirait à jamais l'héritage d'Obama'.

Le président américain avait mis un terme en 2009 au programme d'interrogatoires secrets de la CIA. Et, lors de la publication du rapport du Sénat, Barack Obama avait utilisé le mot de torture pour décrire ces pratiques de l'agence américaine de renseignement.

Il avait également estimé publiquement que la réputation de l'Amérique était ternie.

Les conclusions du rapport du Sénat ont été contestées par la CIA elle-même et une partie des républicains. Quant à la population américaine, environ la moitié considère comme justifié d'utiliser la torture pour interroger des suspects.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.