Trois membres de MSF tués dans un bombardement à Kunduz

Afghanistan: 19 morts dans le bombardement d'un hôpital de MSF

Photo: Keystone

Dix-neuf personnes ont été tuées dans la nuit de vendredi à samedi dans le bombardement d'un hôpital de Médecins sans Frontières (MSF) dans la ville afghane de Kunduz. L'ONU à qualifié d'inexcusable cette frappe dont l'armée américaine est probablement responsable.

Selon un nouveau bilan communiqué par l'ONG, cette frappe a coûté la vie à 19 personnes, 12 employés, et sept patients, parmi lesquels trois enfants. Au moins 37 personnes ont été blessées.

'Cette attaque odieuse représente une grave violation des lois humanitaires internationales', a estimé Meinie Nicolai, membre de la direction de MSF. 'Nous exigeons une transparence totale de la part des forces de la coalition et ne pouvons accepter que ces pertes horribles de vies humaines soient simplement considérées comme des 'dommages collatéraux'', a-t-elle indiqué.

Le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter a indiqué qu'une 'enquête exhaustive' était en cours sur cet incident traité comme une 'bavure'. Mais l'Otan n'a pas officiellement reconnu que le bombardement était lié à un raid américain. Elle se limite à parler de 'possibles dommages collatéraux' d'une opération aérienne.

Excuses

A Kaboul cependant, le palais présidentiel a assuré que le général américain John Campbell, chef de la mission de l'Otan en Afghanistan, avait 'présenté ses excuses' au président Ashraf Ghani dans une conversation téléphonique.

Au moment du bombardement, 105 patients et 80 membres du personnel, des Afghans et des étrangers, étaient présents dans l'hôpital de cette grande ville du Nord, situé non loin du centre-ville. Kunduz a été le théâtre d'âpres combats entre les talibans et les forces de sécurité afghanes cette semaine.

La Croix-Rouge a parlé d'une 'effroyable tragédie', la mission de l'ONU en Afghanistan (Unama) a condamné cette frappe 'dans les termes les plus forts', tandis que la France a appelé à ce qu''une enquête soit conduite' et le commissaire européen aux Affaires humanitaires Christos Stylianides s'est dit 'profondément choqué'.

Fureur

La fureur des Nations unies est alimentée par le récit de la nuit dernière fait par MSF. L'ONG affirme que des bombardements se sont poursuivis 'pendant plus d'une demi-heure' après qu'elle a averti les armées afghane et américaine que son établissement de Kunduz avait été touché par de premiers tirs.

MSF assure avoir transmis préventivement les coordonnées GPS de son hôpital à 'toutes les parties' du conflit, et 'notamment à Kaboul et Washington'. Or, l'Otan n'évoque qu'une 'frappe aérienne' américaine, sans préciser combien de bombes ont été larguées.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.