Hans-Rudolf Merz quitte le Conseil fédéral

Après Moritz Leuenberger, Hans-Rudolf Merz va quitter le Conseil fédéral. Le ministre des Finances a présenté sa démission vendredi matin pour octobre. Il aura passé sept ans au Gouvernement.

Libéral-radical, l’Appenzellois de 68 ans a été élu le 10 septembre 2003. Il a toujours dirigé le Département fédéral des finances. Hans-Rudolf Merz était sous pression depuis plusieurs mois. Il était notamment critiqué pour sa gestion de la crise lybienne. Le ministre a également subi les turbulences de l’affaire UBS. Le commentaire de Lise Bailat.
 
Entré au Conseil fédéral en même temps que Christoph Blocher, Hans-Rudolf Merz est longtemps passé inaperçu dans un collège bouleversé par le chamboulement de la formule magique. Dans son habit de Grand argentier, l’Appenzellois a ainsi connu quatre années calmes de bonne gouvernance. Puis tout s’est enchaîné à un rythme beaucoup trop rapide pour le sexagénaire : La déconvenue d’UBS, en 2008 a été rendue publique alors qu’Hans-Rudolf Merz était frappé par un accident cardio-vasculaire. A peine rétabli, le ministre est devenu président de la Confédération en 2009, avec sur les bras la crise financière et la gestion de l’affaire Kadhafi. C’est sans doute cette dernière qui a achevé de plomber le bilan du Grand argentier : Tout le monde se souviendra de son excursion surprise à Tripoli, de ses excuses au nom d’un peuple qui n’avait rien demandé et de sa rentrée, bredouille. Hans-Rudolf Merz, apprécié pour sa simplicité, son ouverture, sa maîtrise des langues et du franc parler, finira par tomber en délicatesse au sein même de son propre parti. Il laisse pourtant à la Suisse un bien précieux, une absence de dettes, au sortir de la crise, qui évitera à notre pays des cures d’amaigrissement telles que les connaissent la Grande-Bretagne, le Portugal ou encore l’Espagne. /rch + lba
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.