Le Crédit Suisse a perdu plus de 8 milliards l'année passée

Le Crédit Suisse a essuyé l'an dernier une perte record de 8,22 milliards de francs, nettement plus lourde que prévu. Le dernier trimestre s'est avéré particulièrement catastrophique, pesant largement sur les résultats.

En 2007, la banque avait dégagé un bénéfice de 7,76 milliards de francs. Les pertes sont largement supérieures aux prévisions des analystes. L'agence AWP tablait en effet sur un résultat négatif de 6,2 milliards. Sur le seul quatrième trimestre, le déficit atteint 6 milliards, a indiqué mercredi le numéro deux bancaire helvétique.

L'établissement a subi de plein fouet l'intensification de la crise en fin d'année. Principal responsable de cette déroute, la banque d'affaires (Investment Banking) a essuyé une perte de 14,18 milliards de francs, dont plus de la moitié durant la période octobre-décembre. La division avait enregistré un bénéfice avant impôts de 3,65 milliards en 2007.

Le Private Banking, qui regroupe les activités de gestion de fortune et de banque de détail, s'en sort nettement mieux. Il a dégagé un bénéfice avant impôts de 4,2 milliards de francs, soit une baisse de 23% par rapport à 2007. La gestion institutionnelle (Asset Management) a elle subi une perte avant impôts de 1,13 milliard de francs, contre un résultat positif de 197 millions lors de l'exercice précédent.

Reflux de capitaux

L'année 2008 a été marquée par un reflux de capitaux de 3 milliards, contre un afflux net de 43,2 milliards en 2007. Le Credit Suisse a toutefois nettement moins souffert de la perte de confiance de sa clientèle que l'UBS, dont l'hémorragie se chiffre à plus de 220 milliards.

L'action Credit Suisse était chahutée mercredi matin à la Bourse suisse. Le titre perdait plus de 7% avant de se reprendre. Vers 10h30, l'action ne cédait plus que 1,68% à 30,36 francs, alors qu'au même moment l'indice vedette SMI reculait de 0,62%.

Les analystes parlent de résultats peu convaincants. La réduction drastique du dividende a également surpris. Le conseil d'administration proposera lors de la prochaine assemblée générale un dividende de 10 centimes par action, contre 2,50 francs pour l'exercice 2007.

Bon début 2009

La banque se veut néanmoins confiante pour l'avenir. «Bien que les résultats de l'exercice 2008 soient clairement décevants, nous sommes entrés dans l'année 2009 avec une très bonne capitalisation, un solide modèle commercial, une stratégie claire et des activités bien positionnées», a souligné le patron du groupe, Brady Dougan.

Le Credit Suisse a bien débuté l'année, a en outre indiqué le directeur financier, Renato Fassbind, en conférence téléphonique. Chacune des trois divisions a dégagé un bénéfice avant impôts en janvier. La banque a également enregistré un afflux net de capitaux nouveaux positif, a-t-il signalé.

Sans l'aide de l'Etat

Autre motif de satisfaction, la banque réaffirme qu'elle n'a pas besoin de l'aide de l'Etat. Le Credit Suisse disposait fin 2008 d'un ratio de fonds propres de 13,3%, un chiffre jugé réjouissant d'autant plus qu'il a été atteint «sans diluer l'actionnariat de manière significative».

Malgré ces résultats décevants, aucune nouvelle suppression d'emplois n'a été annoncée. Le groupe avait déjà prévenu en décembre qu'il allait biffer 5300 postes cette année, soit 11% de son effectif. /ATS

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.