Straumann va payer ses frontaliers en euros

L’entreprise Straumann annonce des mesures d’économie. Le fabriquant bâlois d’implants dentaires, qui possède une succursale à Villeret dans le Jura bernois, l’a annoncé mardi matin dans un communiqué. L’entreprise subit les effets de l’abandon du taux plancher. Straumann estime à 75 millions de francs les effets négatifs du franc fort sur le chiffre d'affaires.

Le groupe bâlois entend notamment payer ses frontaliers en euros. Il s'agit de "mesures de précaution" qui seront revues en cas d'amélioration du contexte monétaire. L’entreprise a aussi décidé de geler les embauches et impose des restrictions de voyage. Elle demande par ailleurs à son personnel de renoncer à une partie de son bonus 2015, à hauteur de 5 %. Les dirigeants participeront à l'effort : le directeur général baissera son bonus de 35 % et les membres du conseil d'administration verront leurs jetons de présence amputés de 28 %.

"Fondamentalement, nous sommes en forme et je suis heureux de pouvoir réagir rapidement, sur la base d'un nombre important d'analyses, d'évaluation et de discussions au cours des deux dernières semaines", déclare Marco Gadola, cité dans le communiqué.

Straumann souligne que son exposition à l'euro a été réduite au cours des cinq dernières années en investissant en Amérique du Nord, en Amérique latine et en Asie. Une réduction de la masse salariale est intervenue en 2013, principalement au siège suisse du groupe. /kro-awp

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.