L’avenir controversé de Mont-Soleil

Les propirétaires de Mont-Soleil accueillent le projet de la Municipalité avec des réticences. Zoom sur « Les propirétaires de Mont-Soleil accueillent le projet de la Municipalité avec des réticences.  » (touche ESC pour fermer)
Les propirétaires de Mont-Soleil accueillent le projet de la Municipalité avec des réticences.

Les projets de la Municipalité de Saint-Imier à Mont-Soleil soulèvent les critiques. Les autorités imériennes ont présenté mercredi soir à la population leur conception directrice pour ce site. Elles ont dévoilée plusieurs variantes destinées à valoriser et développer Mont-Soleil. L’une de ces options est toutefois privilégiée : faire passer en zone à bâtir une partie des terres de Mont-Soleil, un territoire qui est actuellement entièrement placé en zone agricole. Les habitations qui seraient placées en zone à bâtir pourraient alors être modifiées ou agrandies, ce qui n’est pratiquement pas possible actuellement.

Ils ne sont pas séduits

Les citoyens ont accueilli le projet avec scepticisme. Beaucoup de citoyens reprochent à la Municipalité de ne favoriser qu’une partie des propriétaires de Mont-Soleil. Ils citent en particulier le home Hébron qui a besoin de cette modification pour mener à bien son projet d’agrandissement.

Les autorités de Saint-Imier défendent leur proposition. Elles la voient comme un compromis qui permet de garder une réserve de zone à bâtir pour développer la ville de Saint-Imier et de valoriser Mont-Soleil. Le Conseil municipal se défend aussi de vouloir uniquement servir les intérêts du home Hébron. « Le projet d’agrandissement de l’institution est arrivé après l’élaboration de la conception directrice », affirme le conseiller municipal en charge de l’urbanisme Raymond Glück.

Le projet, qui comprend aussi d’autres variantes, est mis en consultation jusqu’au 21 mars. /kro

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.