La pérennité du SSEVT est assurée

Le SSEVT peut voir l’avenir d’un œil plus confiant. La commune fusionnée de Valbirse a adhéré à la Structure sociale d’encadrement vouée au travail, qui remplace l’ancien Syndicat du service de l’emploi de la vallée de Tavannes. La directrice du SSEVT a confirmé cette information à notre rédaction jeudi matin. Sans Valbirse, le SSEVT aurait été mis en péril. Huit communes (Loveresse, Moutier, Reconvilier, Saicourt, Saules, Sorvilier, Tavannes, Valbirse) contribuent désormais à cette association à but non lucratif mais financée par les communes et le canton. Le SSEVT attend encore l’adhésion de Petit-Val, qui se prononcera au mois d’avril.

L’objectif du SSEVT est de venir en aide aux sans-emploi, qu’il s’agisse de personnes à l’aide sociale, d’invalides, ou de requérants d’asile, en leur fournissant des programmes d’occupation. « Ce sont des personnes qui ont peu de chance de trouver un travail, mais que l’on peut occuper grâce à nos activités. Cela leur permet de se rendre et se sentir utile », explique Beatriz Bugallo. La directrice du SSEVT précise que certaines personnes peuvent tout de même être réintégrées dans le monde professionnel.

L’année dernière, près de 80 personnes ont bénéficié des programmes du SSEVT, en travaillant par exemple dans une laverie ou un magasin de seconde main. L’objectif de l’association est de devenir une institution sociale reconnue. Elle souhaite ainsi s’élargir au Jura bernois et au canton de Berne. Des contacts avec des communes de la région sont en cours, selon Beatriz Bugallo. /jfa

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.