Le plan directeur 2030 n’est pas pour demain

L’achèvement de la révision du plan directeur du canton de Berne prend du retard. De nombreuses divergences sont survenues lors de la procédure de participation. Lors des consultations internes, un clivage ville-campagne a été observé. Le plan directeur prévoit un milieu bâti plus compact, donc que les communes exploitent davantage leur potentiel de densification. Les villages ruraux ont l’impression que ce plan veut freiner leur développement. Les communes touristiques craignent de leur côté pour l’emploi et la construction de résidences secondaires si l’urbanisation dans des sites centraux est encouragée.

Divergences aussi avec la Confédération

D’autre part, l’avis préliminaire rendu par la Confédération avec trois mois de retard diverge également des hypothèses du canton de Berne en matière de besoins en terrains à bâtir destinés à l’habitat. La Confédération estime que les zones d’habitation, les zones mixtes et les zones centrales actuelles suffiront à répondre à l’évolution démographique prévue.  Elle souhaite donc prolonger le moratoire sur les classements en zone à bâtir. Le canton de Berne affirme de son côté qu’il a un besoin légitime de zones à bâtir supplémentaires pour porter sa croissance démographique au niveau de la moyenne suisse, dans le but de renforcer son économie et sa capacité financière.

Pas de nouveau calendrier

Face à ces divergences, la finalisation du projet de plan directeur 2030 prendra beaucoup de temps, puisqu’il s’agira de l’adapter. La Confédération devait l’approuver vers la fin de l’année, mais le délai ne pourra pas être tenu. Il n’est aujourd’hui pas possible de définir un nouveau calendrier. /rch

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.