Pas d’héritage pour la SPA Jura bernois

La section Bienne-Seeland-Jura bernois de la Société protectrice des animaux et le refuge d’Orpond ne recevront rien de l’héritage d’un riche Vaudois. Celui-ci avait légué toute sa fortune, plus de douze millions de francs, aux SPA romandes après son décès. L’affaire a traîné en justice pendant quatre ans et a trouvé son épilogue mardi, selon le quotidien Le Matin. La justice vaudoise et les différentes parties ont en effet trouvé un accord.

Il faut dire que le défunt n’avait pas été très clair dans son testament : il léguait sa fortune à l’ensemble des SPA romandes, sans dire lesquelles. Mais seules neuf sociétés avaient été retenues par la justice vaudoise. L’affaire, révélée dans la presse, avait fait bondir six autres SPA et enclenché la machine judiciaire. Au final, avec cet accord, quinze sociétés se répartiront le magot, mais pas à parts égales.

Le refuge d’Orpond et la section Bienne-Seeland-Jura bernois n’ont jamais été contactés. La section, basée à Brügg, et qui englobe aussi le Seeland et Bienne, explique qu’elle n’ait pas été retenue comme candidate romande. Elle n’a pas souhaité entrer dans la procédure judiciaire. « Nous n’étions pas concernés par l’héritage. De plus, chaque section a assez de peine à nouer les deux bouts. Lorsqu’une section reçoit un don ou un legs, je suis personnellement content » souligne Ernest Schweizer, le vice-président de section Bienne-Seeland-Jura bernois de la SPA. Celui-ci déplore également le caractère public qu’a pris l’héritage. « On aurait pu régler cette affaire dans une cuisine autour d’un verre de vin. Cette mésentente est mauvaise pour l’image de l’ensemble de la SPA », conclut-il. /jfa

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.