Des toilettes accueillantes pour les Biennois

Le logo des Zoom sur « Le logo des
Le logo des "Toilettes accueillantes" est affiché dans les restaurants et bars qui participent au projet-pilote. (ldd)

Des « toilettes accueillantes » à Bienne. Dès ce vendredi un projet pilote est lancé dans la cité seelandaise. En plus des sept toilettes publiques à disposition dans la ville, neuf restaurants et bars mettent leurs w.-c. à disposition des passants. Ceux-ci ne sont pas obligés de consommer et ne doivent pas non plus payer pour utiliser les toilettes.

Ce concept a été lancé en Allemagne sous l’appellation « Nette Toilette ». En Suisse, la ville de Thoune a déjà sauté le pas et plusieurs autres dont Berne, Aarau et Lucerne y réfléchissent. Les autorités biennoises ont d’ailleurs profité de l’expérience de leurs collègues de Thoune pour préparer la mise en place du projet pilote.

Cette solution permet de contenter les badauds, les restaurateurs et les autorités. Pour rappel, l’année dernière, les autorités de la cité seelandaise avaient fermé toutes les toilettes publiques pour économiser 200'000 francs. Une décision qui avait irrité de nombreux citoyens et visiteurs. Les établissements qui participent à ce projet recevront une indemnisation forfaitaire annuelle de 1'000 francs de la Ville de Bienne à titre de compensation pour le nettoyage notamment.

Les w.-c. publics resteront ouverts en 2016

L'une des mesures d’économie 2016, présentées le 13 mars dernier, consistait à fermer les toilettes publiques. Ce ne sera pas le cas, rassure Barbara Schwickert, la directrice des travaux publics, de l’énergie et de l’environnement de la Ville de Bienne. L’introduction de ce concept de toilettes accueillantes permet déjà aux autorités de faire des économies pour l’année en cours.

Le projet sera poursuivi jusqu’à la fin de l’année à titre de phase pilote. /seb

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.