Des étudiants à la même enseigne dans tout le pays

Les hautes études pour tous peu importent le canton d’où l’on vient. C’est le grand objectif des instigateurs de l’initiative sur les bourses d’études. Les cantons sont pour l’heure seuls maîtres à bord et décident eux-mêmes des sommes attribués aux étudiants. Les auteurs du texte souhaitent que ce soit la Confédération qui attribue les bourses et que les cantons appliquent ses décisions. Le 14 juin, le peuple décidera s’il suit les initiants ou alors s’il décide de se ranger dans le camp du « non » à l’instar du Conseil fédéral et du Parlement.

Pour les opposants, le concordat qui a été fixé en 2009 et qui suit son cours harmonise suffisamment les disparités. « Ce sont les cantons qui connaissent le mieux la situation de leurs étudiants », explique Virginie Heyer, vice-présidente du Parti bourgeois démocratique bernois. L’avis est tout autre du côté des personnes qui soutiennent l’initiative. « Les concordats intercantonaux sont difficilement soumis à l’appréciation des parlements cantonaux. Ils sont également difficilement modifiables », selon Pierluigi Fedele, membre du CS-POP Jura.

Le coût de la mise en place de l’initiative

Les auteurs de l’initiative prévoient des dépenses supplémentaires annuelles d’environ 500 millions de francs. « On présente ces chiffres comme quelque chose de catastrophique alors que dans les faits (…) ce ne sont pas des chiffres si élevés que ça, d’autant plus qu’on joue l’avenir des étudiants », indique Pierluigi Fedele. « À mon avis, on en reviendra toujours à la même place dans ces situations-là, c’est-à-dire que ce sont les contribuables qui vont passer à la caisse », selon Virginie Heyer.

Le contre-projet indirect du Parlement

Le Parlement a déposé un contre-projet indirect à cette initiative. En cas de refus le 14 juin, il sera mis en place, puisque les Chambres ont adopté la loi sur les aides à la formation en décembre 2014. Cette loi n’entrera en vigueur que si l’initiative est refusée par le peuple. Dans ce contre-projet, le Parlement a décidé que les cantons qui ne respecteraient pas certains critères d’attribution importants fixés par le concordat perdraient leur droit à une subvention fédérale dans ce domaine.

La balle est dans le camp des citoyens suisses. Résultat le dimanche 14 juin, lors de la votation populaire. /seb

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.