L’abandon du taux plancher fait débat dans la région

 Zoom sur «   » (touche ESC pour fermer)
De gauche à droite: Alexandre Willemin, responsable de la clientèle commerciale pour le Jura bernois BCBE, Patrick Linder, directeur de la Chambre d'économie publique du Jura bernois, Stéphane Devaux, animateur du débat, Catherine Frioud Auchlin, directrice de Auchlin SA, Francis Barth, chef de l'office régional de placement du Jura bernois et Rolf Muster, directeur général de Schaublin Machines

L’abandon du taux plancher était sur toutes les lèvres jeudi au CIP à Tramelan. La décision prise par la BNS le 15 janvier dernier était le thème du deuxième débat apériCIP de l’année. Cette série de discussions est organisée par le CIP, la Chambre d’économie publique du Jura bernois et TeleBielingue. Différents acteurs du monde économique ont exposé leur point de vue devant un public nombreux.

D’emblée le ton a été donné par Rolf Muster.Le directeur de Schaublin Machines à Bévilard tire un constat qu’il qualifie de « terrible » pour le secteur de la machine-outil. Le chef d’entreprise se sent démuni face à l’abandon du taux plancher. Il dit se sentir dans l’avion de German Wings sans pilote à bord et dénonce surtout l’indifférence d’une classe politique fédérale et cantonale immobile.

Seule représentante de la classe féminine , Catherine Frioud Acuhlin, également cheffe d’entreprise s’est montrée plus modérée. La directrice d’Auchlin SA à La Neuveville, entreprise sous traitante, indique que certains clients font de la pression sur les prix et demandent à payer en euro.

Francis Barth, chef de l’ORP du Jura bernois, discret durant le débat, n’a pas hésité à rappeler que dans la région du Jura bernois - Seeland, 50 entreprises ont déjà émis des demandes de chômage partiel. 50 entreprises, 50 demandes, c’est la quantité la plus élevée du canton de Berne. /anl

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.