Les Grecs disent non à leurs créanciers

Le "non" des Grecs aux propositions des créanciers internationaux d'Athènes lors du référendum organisé dimanche l'a emporté avec 61,31% des suffrages, selon les résultats définitifs du ministère grec de l'intérieur. Le taux de participation au scrutin s'est élevé à 62,5%.

Les partisans du "oui" ont obtenu 38,69%. Le premier ministre de gauche radicale Alexis Tsipras avait appelé rejeté le référendum, qui portait sur l'approbation ou non de mesures de réformes et de rigueur budgétaire proposées par les créanciers du pays.

M. Tsipras a souligné que le message du non n'était pas "une rupture" avec l'Union européenne. Il a assuré qu'il allait oeuvrait pour conclure un accord le plus tôt possible et rétablir le système bancaire grec.

Alexis Tsipras avait créé la surprise le 25 juin en annonçant ce référendum après l'échec des discussions entre Athènes et ses créanciers sur un nouveau plan de redressement de l'avenir du pays comprenant de nouvelles mesures d'austérité que la Grèce rejette.

L'approche du référendum a entraîné la semaine dernière la fermeture des banques en Grèce et un contrôle des capitaux après des retraits massifs le week-end dernier par les épargnants.

L'UE a annoncé la tenue d'un sommet mardi pour discuter des conséquences du résultat du référendum. /ATS

 

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.