Toujours des cyanobactéries dans l’Étang de la Gruère

Poussées par le vent, les cyanobactéries s'agglutinent vers les roseaux Zoom sur « Poussées par le vent, les cyanobactéries s'agglutinent vers les roseaux » (touche ESC pour fermer)
Poussées par le vent, les cyanobactéries s'agglutinent vers les roseaux

Les cyanobactéries vont et viennent toujours dans l’Étang de la Gruère. Au début du mois, lors des premières fortes chaleurs, des inquiétudes ont commencé à fleurir autour de la dangerosité de ces particules, notamment sur les réseaux sociaux. Le phénomène qui est ponctuel existe depuis quatre ans mais il s’intensifie au fil du temps.

Nouvelles observations

Ces derniers jours, des cyanobactéries ont à nouveau été observées à la surface de l’Étang de la Gruère. Lorsqu’elles sont présentes, il faut éviter d’entrer en contact car elles peuvent être néfastes pour la peau et, en cas d’ingestion, elles peuvent toucher des organes internes, notamment le foie. C’est pour cette raison que des panneaux installés aux entrées de l’étang indiquent que la baignade est déconseillée.

L’avis d’un spécialiste

Jean-Louis Walther est ingénieur en génie rural et spécialiste des cyanobactéries. Il a notamment travaillé sur cette problématique en Lettonie et en Algérie. Il s’intéresse énormément au cas de l’Étang de la Gruère. Selon cet Ajoulot, il serait judicieux de réaliser des analyses qui permettraient de définir le type exact de cyanobactéries en présence et d’en évaluer le danger. Mais, pour l’instant, à notre connaissance, les autorités n’ont pas décidé de réaliser d’études sur le plan d’eau.

Jean-Louis Walther estime également qu’il faudrait mieux informer les promeneurs avec des panneaux plus complets. Aujourd’hui, une fiche indique uniquement que la baignade est déconseillée, sans plus de détails. Le spécialiste souligne qu’il faut vraiment éviter d’entrer dans l’étang lorsque des cyanobactéries sont visibles à la surface de l’eau mais, selon lui, il n’y a aucun danger lorsqu’il n’y a pas de « blooming », de développement massif. D’après les différentes expériences de Jean-Louis Walther, le phénomène risque de continuer à s’intensifier avec le temps. /sbo

Reportage au bord de l'étang

Les cyanobactéries en images

photo: Jean-Louis Walther et Gregory Dubois

photo: Jean-Louis Walther et Gregory Dubois

 photo: Jean-Louis Walther et Gregory Dubois

 photo: Jean-Louis Walther et Gregory Dubois

 photo: Jean-Louis Walther et Gregory Dubois

 photo: Jean-Louis Walther et Gregory Dubois

 photo: Jean-Louis Walther et Gregory Dubois

 photo: Jean-Louis Walther et Gregory Dubois

photo: Jean-Louis Walther et Gregory Dubois

photo: Jean-Louis Walther et Gregory Dubois

photo: Jean-Louis Walther et Gregory Dubois

 photo: Jean-Louis Walther et Gregory Dubois

photo: Jean-Louis Walther et Gregory Dubois

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.