Bienne Vivante contre la Beachmania

Deux membres du collectif Bienne Vivante accroche une inscription qui vise la Beachmania Zoom sur « Deux membres du collectif Bienne Vivante accroche une inscription qui vise la Beachmania » (touche ESC pour fermer)
Deux membres du collectif Bienne Vivante accroche une inscription qui vise la Beachmania

Un grain de sable dans la machine Beachmania. Le collectif Bienne Vivante a mené lundi matin une action contre l’événement sportif devant la gare seelandaise. Le groupe estime que la ville et l’organisateur de la manifestation ne font pas assez d’efforts pour remettre le bord du lac en état après le passage des volleyeurs. Le collectif dénonce aussi une appropriation de l’espace public au détriment de la population. Il estime que le terrain doit être rétabli dans les dix jours qui suivent le tournoi. Il s’étonne également de la disproportion financière entre les subventions reçues par l’organisateur et le coût du nettoyage du site : « 4sports, touche 400'000 francs de la ville seelandaise et du canton de Berne (200'000 francs chacun) alors qu’ils ne veulent pas mettre 15'000 francs pour la remise en état du bord du lac », explique un membre du collectif. Bienne Vivante a donc décidé de rompre le dialogue jusqu’à ce que la ville et l’organisateur présentent une solution jugée acceptable.

L’action, informative, mise en place lundi n’est que le début : Bienne Vivante veut mettre la pression à quelques jours de la manifestation. Sans donner de détails, Raphaël Jenny précise que la phase de discussion est terminée et qu'il faudra s’attendre à des perturbations durant le tournoi, ajoute le membre du collectif.

Bienne reçoit la balle

Contactée en début d’après-midi, la ville de Bienne a réagi à l’action du collectif. Le responsable de l’Inspection de police estime qu’il ne faut pas craindre que la situation de l’année passée se reproduise : « La météo avait provoqué des dégâts importants et la remise en état du site avait pris un peu plus de temps que prévu », précise René Geiser. Cette année, comme la précédente, aucun délai n’a été fixé pour le nettoyage de la place contrairement à ce que demande le groupe. « Il y a des solutions pour aller plus vite mais c’est à l’organisateur de décider et les coûts sont plus élevés suivant les choix, comme mettre des rouleaux de gazons comme l’année dernière », ajoute le responsable. René Geiser affirme encore avoir un bon contact avec le collectif Bienne Vivante. « Il faut maintenant trouver une solution qui convienne à tout le monde », conclut-il./lbr

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.