Pas de mouron pour les colos

Les colonies de vacances (ici les Rouges-Terres) ont toujours la cote. Zoom sur « Les colonies de vacances (ici les Rouges-Terres) ont toujours la cote. » (touche ESC pour fermer)
Les colonies de vacances (ici les Rouges-Terres) ont toujours la cote.

Chaque année on voudrait que ça recommence. Les colonies de vacances ont la cote aux Franches-Montagnes. Des écoliers du Jura et de Suisse allemande mais aussi des groupes et des familles occupent les différentes infrastructures taignonnes durant une grande partie de l’été. Les gérants de différentes colonies sont enthousiastes, les nuitées sont stables et il y aurait même un regain d’intérêt de la part des Jurassiens : « ça fait une année ou deux que des classes de la région viennent en camp à la colonie de Boncourt aux Emibois », se réjouit Isabelle Neuenschwander, gérante des lieux depuis trois ans. Les grandes infrastructures permettent aussi aux familles, et particulièrement aux Jurassiens de l’extérieur de se réunir, selon le directeur de Juratourisme, Guillaume Lachat.

Aux Cerneux-Godat, la commune d’Haute-Sorne est propriétaire d’une colonie. « Il y a des habitués et les écoles de la commune. Le bâtiment est plutôt bien loué. On y tient beaucoup, c’est important pour les enfants », estime Rose-Marie Allemann, conseillère communale en charge des bâtiments.

Des cartables aux vestes de cuir

Aux Rouges-Terres, le responsable des camps a même dû dire non à plusieurs jeunes : « J’ai refusé 35 enfants cette année, la demande ne fait qu’augmenter et l’offre reste la même », explique Jean-François Noirat. La colonie est occupée presque toute l’année. Cependant, les vacanciers ne sont pas que des écoliers : « les week-ends sont souvent pris par des familles pour des repas. Nous avons même eu un groupe de motards l’année passée », ajoute-t-il.

Une diversité que confirme Juratourisme : « Les colonies avaient une fonction scolaire, mais le public s’est bien élargi. Depuis relativement peu de temps, les familles se retrouvent dans ces grands bâtiments, notamment les Jurassiens de l’extérieur. Les groupes sportifs ou de musique reviennent régulièrement, d’année en année dans les mêmes colonies », explique le directeur de Juratourisme. Guillaume Lachat précise que les grandes colonies accueillent jusqu’à 5'000 nuitées par année. /lbr

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.