Les francophones défavorisés à l'Office de la culture?

L’Office bernois de la culture fait-il fi des francophones ? Maxime Zuber se préoccupe des collaborateurs de langue française au sein du service. Le député-maire de Moutier a déposé jeudi une interpellation urgente au Conseil-exécutif. Il précise dans le texte que l’Office de la culture s’est engagé dans une réorganisation qui se caractérise par la suppression de sa section francophone des activités culturelles et la création d’une nouvelle section bilingue. Maxime Zuber estime que les francophones sont défavorisés. Le terme « bilingue » est souvent synonyme « d’alémanique avec maîtrise rudimentaire du français », précise-t-il. Maxime Zuber se questionne sur la compétence attendue des employés et souhaite justement connaître le niveau de maîtrise qui sera demandé aux nouveaux collaborateurs.

Contacté, le Service de l’instruction publique du canton de Berne nuance cette « discrimination ». Le secrétaire général adjoint à la direction assure que les forces francophones ne vont pas pâtir de cette réorganisation. « Le but est bien de renforcer la culture francophone ainsi que sa présence à l’office », affirme Guy Lévy.

Il garantit aussi que les collaborateurs seront « véritablement francophones et non pas des bilingues qui maîtrisent le français ».

Guy Lévy souligne aussi que le dossier est encore en chantier. À l’interne, un groupe de pilotage chapeaute le processus de réorganisation. Et à l’externe, le Conseil du Jura bernois comme le Conseil des affaires francophones du district bilingue de Bienne se penche sur la proposition. /lbr

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.