La révision de la loi sur la protection de l'enfant et de l'adulte franchit une étape

Les présidents des APEA, les Autorités de protections de l’enfant et de l’adulte, n’auront peut-être plus besoin de diplôme juridique. La Commission de la santé et des affaires sociales du Grand Conseil propose au plénum de suivre la proposition faite par le Conseil-exécutif en janvier dernier. Cette modification de la loi vise à favoriser les compétences de direction des candidats à la présidence, ainsi que leur expérience dans le domaine de la protection de l’enfant et de l’adulte. Elle a aussi pour but à faciliter les procédures de recrutement, notamment dans les régions rurales. La commission approuve par ailleurs la volonté d’autoriser les présidents des APEA à rendre seuls une décision sur les dossiers qui ne doivent pas nécessairement être tranchés par un organe interdisciplinaire. Le Grand Conseil doit encore se prononcer sur cette modification de loi. /ast

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.