A la rencontre des bûcherons

Les travaux d’automne battent leur plein dans les forêts de la région. Les coupes ont notamment commencé, puisque la sève des arbres est redescendue. L’occasion d’aller à la rencontre des spécialistes de la branche, à savoir les forestiers-bûcherons et les gardes-forestiers.

Constat du moment : le bois traverse une période difficile en Suisse. L’abolition du taux plancher – en janvier dernier – a provoqué une baisse du prix de 10 à 20%. Cette matière est en grande partie exportée vers la France et l’Allemagne. De plus, les produits en bois de la zone euro sont devenus beaucoup moins cher à importer. Conséquence : les propriétaires de forêts en Suisse ont du mal à vendre leur bois à son juste prix. Beaucoup d’entre eux ont ainsi décidé de réduire le volume de coupes. Les entreprises ont donc moins de travail, et des licenciements ne sont pas exclus.

Mieux promouvoir le bois indigène

Pour les spécialistes, il faut trouver des solutions pour promouvoir davantage le bois indigène. Une piste serait de développer la filière du bois-énergie, notamment en construisant des chauffages à distance qui pourraient couvrir de nombreux quartiers.

La coupe de bois ne sert cependant pas uniquement à rechercher un profit financier. Les travaux sont nécessaires pour assurer la multifonctionnalité de la forêt, notamment l’accueil du public, la biodiversité et la fonction de protection. Pour les spécialistes, la forêt doit être perçue comme un bien d’intérêt public et un patrimoine qu’il faut entretenir. La surface de la région est boisée à près de 40%. /rch

Nous sommes allés faire un tour à la Combe Tabeillon, dans le triage Rangiers-Sorne. Ecoutez ci-dessous le forestier-bûcheron Yves Siegenthaler et le garde-forestier Lucien Blaser (uniquement sur ordinateur).

Yves Siegenthaler et Lucien Blaser

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.