Les PME en difficulté

Les projections du baromètre industriel de la CEP Zoom sur « Les projections du baromètre industriel de la CEP » (touche ESC pour fermer)
Les projections du baromètre industriel de la CEP

La situation est critique pour les entreprises de la région. La Chambre d’économie publique du Jura bernois a dévoilé son baromètre industriel ce mercredi matin. Cet outil d’évaluation dresse les grandes tendances et des projections de l’économie de la région. Selon ces anticipations, les petites et moyennes entreprises s’attendent à une aggravation de leur situation d’ici la fin de l’année. La CEP met évidemment en cause la force du franc comme facteur aggravant. Son directeur, Patrick Linder, explique toutefois que l’érosion de l’économie s’était déjà manifestée avant l’annonce de la BNS et qu’on fait plutôt face à un problème conjoncturel, puisque les affaires et la demande s’affaissent.

La capacité à innover en danger

La CEP admet qu’un élément essentiel pour contrer ces difficultés est l’innovation. Selon Patrick Linder, il sera néanmoins difficile d’innover plus, car les capacités d’investissement arrivent à leur limite. Le baromètre de la CEP met par ailleurs en lumière la sensibilité accrue des petites entreprises, à savoir celles qui comptent moins de 50 employés, face à une période délicate qui se prolonge. Ce constat inquiète la Chambre d’économie publique du Jura bernois. Son directeur indique toutefois que le niveau de développement des entreprises devrait se maintenir malgré le contexte défavorable. Le baromètre ne laisse en effet pas présager une diminution générale du nombre de postes de travail.

Selon Patrick Linder, aux difficultés purement économiques s’ajoute une détérioration des conditions-cadres. Le directeur de la CEP craint notamment les conséquences de la votation du 9 février. Il souligne que la libre circulation des personnes est une condition déterminante pour l’économie de la région. La région s’appuie effet largement sur les travailleurs frontaliers et étrangers depuis plusieurs années.

La CEP se mobilise pour la formation

En parallèle à ces constats, la CEP a informé que son action en vue de financer les maîtres d’apprentissage en cas de chômage partiel venait d’aboutir. Suite à l’abolition du taux plancher par la Banque nationale suisse, la CEP a en effet décidé de défendre une mesure concrète. Après des dialogues avec le canton de Berne et le secrétariat d’Etat à l’économie, le processus est arrivé à son terme. Les maîtres d’apprentissage pourront continuer à travailler même en cas de chômage partiel, tout en recevant les indemnités. L’objectif est de ne pas péjorer l’apprentissage des jeunes, mais aussi de soulager les entreprises formatrices. /mdu

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.