La charcuterie, un sale ami?

« L’important, c’est de respecter la pyramide alimentaire et de manger équilibré » : la Fédération rurale interjurassienne a pris connaissance de l’étude publiée lundi par l’Organisation mondiale de la santé. Le document indiquait que la consommation de viande, et plus précisément de charcuterie, pouvait favoriser le développement de certains types de cancer.

Selon Olivier Boillat, ingénieur agronome au sein de la FRI, ces résultats sont intéressants, mais il ne faut pas bouder ce type de produits pour autant. Il faut avant tout conserver un bon équilibre alimentaire. « Si vous ne mangez que des épinards ou des poireaux, vous risquez aussi d’avoir des problèmes de santé, précise Olivier Boillat ». Il ajoute que pour s’assurer une bonne qualité de viande dans son assiette, il vaut mieux choisir des produits locaux qui ont subi peu de transformation et qui ne contiennent pas ou pas trop d’additifs.

Producteurs régionaux peu inquiets

Du côté du fumoir de Champoz, cette étude suscite peu d’inquiétude. Son propriétaire, Bernard Von Bergen, estime que l’OMS « essaie de faire peur aux gens ». Il ajoute que « si on mange ces produits raisonnablement, il n’y a aucun problème ». Les producteurs locaux n’ont pas encore réagi pour le moment et ne se sont pas concertés pour mener une action. Bernard Von Bergen attend de voir s’il y aura vraiment un impact. « Je pense que la population d’ici est assez intelligente et sait ce qu’elle peut manger ou non », précise-t-il encore. /ast

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.