Un grand oui pour la culture du Jura bernois

La décision a fait l’effet d’une surprise. Le financement de la mise en réseau des arts de la scène de la région a finalement passé la rampe du Grand Conseil bernois mardi matin. Les députés ont accepté le projet ARS par 87 voix, contre 40 oppositions et 18 abstentions. Le réseau est un moyen de soutenir les arts vivants et les institutions culturelles du Jura bernois, de Bienne et du canton du Jura. Il sera exclusivement financé par le canton de Berne, mais le Forum interjurassien de la culture, qui chapeaute le projet, tient à intégrer des artistes jurassiens.

Les instigateurs du projet n’attendaient plus que l’aval du Grand Conseil bernois pour se lancer. C’est chose faite. Le crédit de 550'000 francs semblait pourtant en mauvaise passe après les premiers débats jeudi. L’espoir de voir le projet accepté était en effet assez mince après les premières discussions, durant lesquelles les structures ont été jugées trop rigides et la bureaucratie trop lourde.

« Un grand jour pour le Jura bernois », selon Peter Gasser

Quatre jours ont finalement suffi pour retourner la situation. Le législatif semble avoir été convaincu par les francophones. À l’unanimité, ceux-ci ont rappelé que le projet a été soutenu par l’ensemble de la région, y compris le Conseil du Jura bernois et le Conseil des affaires francophones du district bilingue de Bienne. À l’issue du vote, Peter Gasser, qui représentait la minorité de la Commission de la formation, s’est dit soulagé. Selon le député de Bévilard, les élus ont compris qu’un renvoi de ce crédit reviendrait à envoyer un très mauvais signal au Jura bernois en termes d’entité cantonale. Pour Peter Gasser, le canton de Berne se serait tiré une balle dans le pied s’il avait refusé ce financement.

Le statut particulier du Jura bernois défendu

Durant la séance du Grand Conseil, les opposants ont tout de même exposé une dernière fois leurs arguments. À leurs yeux, les communes auraient aussi dû passer à la caisse, comme dans les autres régions du canton de Berne. Car si le sujet des discussions était bien la culture, c’est plutôt le statut particulier du Jura bernois qui a été critiqué. Un statut que l’ensemble de la députation francophone a défendu d’une même voix, appuyé par le directeur de l’instruction publique. Pour Bernhard Pulver, le Jura bernois doit avoir une certaine autonomie, en particulier en matière de culture. Le bilinguisme ne peut en effet pas fonctionner, si les minorités ne disposent pas de règles spéciales. Bernhard Pulver a par ailleurs tenu à rappeler que le réseau ARS ne coûtera pas un sou de plus au canton de Berne. Le crédit de 550'000 francs prévu fait déjà partie de l’enveloppe gérée Conseil du Jura bernois. /mdu

Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.